07/03/2016

Une page se tourne un nouveau chapitre s'ouvre

1.jpgJ’ai pris la décision de ne pas me représenter au poste de Vice-président national des Vert'libéraux.

Après 15 ans de vie politique active, dont 8 ans à l’exécutif de la commune de Plan-les-Ouates, 4 ans de vice-présidence suisse et en tant que fondateur des Vert’libéraux genevois qui fêtent leurs six ans, j’aspire à prendre un peu de recul en tant qu’acteur politique.

Ceci est renforcé par la situation de la politique genevoise actuelle qui n’encourage pas à consacrer son énergie, son temps et son argent au travers d’une action politique. Sans une prise de conscience collective salutaire, il semble difficile d’imaginer la politique genevoise devenir porteuse d’un message visionnaire et ambitieux pour notre canton et ses citoyennes et citoyens.

La tâche de Vice-président est une activité passionnante mais elle est également prenante et nécessite une disponibilité importante. Pour cette fonction, j’espère qu’une conseillère nationale, un conseiller national ou une personne habitant plus près de Berne puisse représenter la Suisse romande. La proximité, qu’elle soit parlementaire ou géographique, est indispensable à un fonctionnement efficace de la présidence.

Je pense également que les Vert’libéraux doivent enclencher une nouvelle dynamique et développer des alliances sur la durée avec d’autres partis afin d’être des acteurs qui comptent dans les années futures.

Je remercie très sincèrement l’ensemble du Parti vert’libéral et son secrétariat pour leur soutien durant 4 ans et particulièrement notre Président Martin Bäumle pour sa confiance et notre collaboration. Ce fut une période de développement personnel extrêmement enrichissante et l’occasion de rencontres exceptionnelles, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur du parti. Je remercie tout particulièrement Isabelle Chevalley, notre conseillère nationale, qui m’a toujours encouragé et soutenu par de précieux conseils.

Je souhaite également plein succès aux Vert’libéraux genevois et à leur Président Denis Thorimbert. Nous avons maintenant une équipe stable et renforcée qui est motivée à poursuivre et développer sereinement les projets et les valeurs du parti à Genève.

Je vais désormais consacrer mon énergie et mettre à contribution mon expérience en faveur d’un projet qui me tient à coeur depuis plusieurs années.  Il s’agit d’un projet traitant des questions de l’emploi et de l’insertion.

Actuellement il apparait très clairement que les questions liées à l’emploi sont un enjeu majeur pour la Suisse et pour Genève en particulier. Il semble indispensable de revisiter le modèle actuel qui considère l’assistance sociale comme la seule réponse pour ceux qui sont laissés de côté dans un marché de l’emploi de plus en plus exigeant.

Un autre modèle, complémentaire à la fonction publique ou à l’entreprise privée, doit être envisagé afin de favoriser l’intégration d’un plus grand nombre de personnes sur le marché de l’emploi.

Les pistes sur lesquelles je souhaite m’investir visent à valoriser le potentiel incroyable du monde associatif pour générer et pérenniser les emplois de demain.

Ce monde associatif, dont l’utilité est fondamentale, doit évoluer pour répondre aux exigences de plus en plus soutenues des bénéficiaires de leurs prestations mais également des autorités. Pour ce faire, il doit s’inscrire dans une politique publique d’ensemble. Car aujourd’hui, le monde associatif peine à trouver de nouvelles forces vives et s’épuise face à l’absence d’un contexte propice à son épanouissement.

C’est pourquoi je souhaite m’impliquer plus fortement aux côtés des actrices et des acteurs de la société civile qui partagent cette vision afin d’innover et de construire de nouvelles réponses, pragmatiques, à l’évolution de notre société.

16:33 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

17/09/2015

Gaspillage aux Cherpines, vraiment ?

topelement-1.jpgC’est ce que semble démontrer l’article « aux Cherpines on gaspille le sol faute de densité »  de la Tribune du lundi 15 septembre*. 

Pour répondre à cette question, il faudrait comparer ce qui est comparable. Il nous semble pas que sur les autres secteurs de la Ville pris en considération il y ait une zone industrielle, une école post-obligatoire et des infrastructures sportives et culturelles équivalentes.

La comparaison n’a de donc de sens que si vous enlevez ces surfaces qui vont être des éléments essentiels pour répondre aux besoins d’un quartier élargi et qui finalement sera composé de 25'000 personnes avec en plus les habitants du Vélodromes et les travailleurs de la zone industrielle de Plan-les-Ouates.

En finalité, ce sont bien 33 hectares et non 58 qui accueillerons les 7'500 habitants, soit l’équivalent de 13'000 habitants sur 58 hectares, donc si nous comparons ce qui est comparable, bien plus que les 10'100 habitants de Champel. Nous n’appelons pas ça du gaspillage.

Quand la Confédération parle de densité, elle parle d’utilisation du sol pour offrir de la mixité d’usage et non pas que du logement. Des quartiers mixtes favorisent une mobilité douce et diminue fortement les déplacements en véhicules hors des quartiers.

Faire des Cherpines une cité dortoir comme le veulent notamment les Verts, n’est humainement, écologiquement et économiquement pas tenable.

Laurent Seydoux
Candidat Vert'libéral au Conseil national

 

*Article de la Tribune du 15 septembre: http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/cherpines-gaspill...

14:42 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

11/06/2015

Genève et le syndrome de l’autoflagellation.

Pourquoi notre Genève ne sait pas soutenir l’esprit d’entreprendre et la prise de risque ?

J’étais hier avec les Vert’libéraux des autres cantons suisses et je peux vous dire que les responsables VL des communes  vaudoises p.ex. seraient contents avec les 5.1% de Veyrier lors des dernières élections communales ; et quand je leur dis que nous n’avons pas eu d’élus pour 5 bulletins manquants à Chêne- Bougeries et leur 6.85%, ils ne comprennent pas. Quant à Satigny et leur 9.67%, c’est largement plus que les résultats obtenus dans les communes à Zurich. Pour finir,  les 11.95% de Plan-les-Ouates représentent juste le meilleur résultat dans une ville suisse pour les Vert’libéraux. Il est aussi bon de rappeler ces chiffres.

Parler d’échecs dans ce contexte est vraiment blessant pour tous ceux qui se sont investi pour porter sur la place publique des valeurs auxquelles ils croient, qui ont été au contact de la population, qui y ont consacré du temps, de l’énergie et de l’argent. Comme entrepreneur, je leur en suis infiniment reconnaissant. 

Concernant Sue Putallaz, notre collaboration a été exemplaire, chacun dans son rôle. Elle a effectuée un travail admirable en Ville de Genève pour présenter une liste de 14 candidat-e-s, avec un programme et une forte présence sur le terrain. Cela au détriment de sa famille et de son travail. Il serait juste de le reconnaître, plutôt que de la critiquer. Je regrette sincèrement son départ.

Nous n’avons que quatre ans d’existence, nous avons voulu être tout de suite un grand parti, car nous pensions qu’à Genève, avec le quorum à 7%, nous n’avions pas le choix. Nous n’y sommes pas encore parvenus mais nous sommes devenus le plus grand des petits partis, loin devant le PBD et ses 0.6%, les Pirates ou les Evangéliques. 

Avec le quorum naturel établi dans les autres Cantons, nous aurions 3 député-e-s au Grand-Conseil, 2 élu-e-s en Ville et nous serions présent dans 6 Communes avec 12 élu-e-s avec nos résultats du printemps 2015. Il est bon de temps en temps de faire des comparaisons, pour objectiver les résultats.

Oui, nous devons nous remettre en question, oui nous devons capitaliser sur cette expérience acquise. C’est la raison pour laquelle j’ai pris un peu de recul avec la Présidence, c’est pour avoir la liberté de consulter, de proposer et de m'engager dans des axes pour l’avenir des Vert’libéraux à Genève auquel je crois beaucoup. Désormais, je souhaite garder cette liberté.

Oui, nous devons augmenter notre base, mais en défendant des causes qui nous sont chères, être les porte-voix de ceux qui ne sont pas entendus.

La distance qui se creuse entre le monde politique et la population devient abyssal. 

Soutenons donc plus ceux qui entreprennent et prennent des risques, car  ce sont eux qui se battent pour le futur de Genève.

Le parti n’est pas décapité, il y a plein de forces vives qui sont prêtes à s’investir.

Merci à tous ceux qui nous soutiennent, en pensant que, comme pour toute entreprise, il faut du temps pour réussir. 

12:31 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

12/03/2015

Des êtres humains, pas des ressources humaines !

123569-0kfagyLPkzkenf1h2P6xRQ.jpgMadame et Messieurs du Conseil d'Etat, vous rendez-vous compte de la violence de votre politique de réformes?

Vous travaillez avec des êtres humains, pas des ressources humaines. La responsabilité et le respect devraient être des valeurs qui guident vos décisions. Vous ne pouvez pas mépriser ainsi des enseignants, des directeurs, des parents d'élèves ou des élèves en les mettant devant le fait accompli. La réflexion du changement doit impliquer les personnes concernées dans les choix qui peuvent changer drastiquement leurs conditions de travail.

L'inquiétude, voire la peur du changement, est certainement un des facteurs les plus bloquants pour permettre des réformes.

Il ne fait aucun doute que l'organisation de l'enseignement doit être adaptée, mais vous ne pouvez pas le faire contre les personnes directement impliquées. Faire confiance, c'est donner des responsabilités, c'est reconnaître à l'autre sa capacité à participer de façon constructive aux éléments qui forgent une décision.

L'effet le plus dévastateur pour les personnes impliquées est certainement d'apprendre cela par la presse, comme tout le monde.

08:45 Publié dans Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

17/01/2015

Et si nous écoutions la fonction publique !

Article_Tdg_Fct_Publique.jpgEntre les manifestations de la fin de l’année dernière et les prochaines à venir, il ne vous aura pas échappé que les femmes et les hommes qui se mobilisent dans nos rues sont ceux qui entretiennent un contact direct avec la population. Qu’ils soient enseignants, policiers, chauffeurs TPG, gardiens de prison, infirmières, toutes ces personnes partagent notre quotidien.

Et si leur raz le bol était un signal d’alarme adressé au monde politique de plus en plus déconnecté d’une réalité vécue par les genevois-e-s. Ces politiques qui considèrent ces fonctionnaires comme le dernier maillon de la chaîne, alors qu’ils sont le premier maillon du service au public.

Je ne peux croire que ces manifestant-e-s se rassemblent pour défendre des privilèges. Ils ont bien conscience qu’ils ne sont pas les plus mal lotis. Je pense plutôt qu’ils veulent convaincre qu’on ne peut pas réformer la fonction publique sans s’en donner les moyens. Que des coupes budgétaires arbitraires ne réussiront pas à réformer un système qui doit composer avec l’évolution des besoins de chacune et de chacun d’entre nous.

Mais qui mieux que ces personnes au front comprennent la réalité des besoins de la population ? Priorisons les actions du service public en fonction des besoins identifiés avec les personnes engagées sur le terrain. Faisons confiance à ces agents de proximité, donnons leur une autonomie et des moyens adaptés à leurs missions. Notre dette importante ne doit pas être le faux prétexte pour faire pression sur la fonction publique.

Pour sortir de cette situation, il est indispensable d’oeuvrer pour des mesures exceptionnelles afin d’assainir rapidement notre dette de treize milliards. Il est illusoire de penser que le budget courant pourra un jour servir à diminuer cette dette. C’est la mission d’une équipe de spécialistes financiers qui devra envisager toutes les pistes pour trouver des recettes exceptionnelles et valoriser les actifs de la dette.

En parallèle, il est essentiel d’établir un plan d’investissements concerté permettant par exemple de rénover les écoles, de construire les équipements sportifs et culturels, d’équiper les hôpitaux et d’aménager des voies de circulation.

Une solution profitable à long terme pour Genève passe par l’assainissement de la dette, par la mise en place d’un plan d’investissements concerté et par la reconnaissance que les fonctionnaires en lien avec la population ont le rôle primordial de premier maillon de l’action publique. 

Laurent Seydoux
Président vert’libéraux genevois

 

*Article paru le 15 janvier dans la Tribune de Genève

14:27 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

01/09/2014

Sondage "Barthassat" sur la mobilité, des propositions d'un autre temps


sondage_schema_des_zones_v05-02.jpgAttiré par cette initiative participative, je viens d'essayer de remplir le sondage "Barthassat" sur la mobilité:
http://ge.ch/mobilite/sondage/francais 

Bien que la démarche soit séduisante, voir innovante pour Genève, son contenu nous renvoie à des propositions du siècle dernier!

Par exemple, quand nous savons l'importance des loisirs dans nos déplacements et que le sondage n'en parle même pas.

Il n'introduit aucune approche sociologique de nos multiples modes de déplacements, notamment pour quel besoins nous déplaçons nous et à quels moments.

Par-contre, une approche très orientée sur les notions d'hypercentre, centre et  périphérie complètement dépassées en terme de mobilité moderne, comme si toutes les activités étaient situées dans l'hypercentre et que tout l'habitat était en périphérie.

Une politique de mobilité doit être multiple et se construire autour des pôles d'activités que sont les zones d'emplois, les zones denses en habitats ou en loisirs. Les vrais enjeux se situent à la connexion de ces zones.

Une politique de mobilité ne peut être pertinente que si elle tient compte aussi du rôle de chacun-e au moment du déplacement  (client, fournisseur, employé, en formation, utilisateur de loisirs,...)

Une politique de mobilité doit s'adapter aux périodes de la journée, de l'année ou des conditions météo.

Oui, la mobilité est diverse, et c'est cette diversité qui manque à ce sondage d'un autre temps.

Laurent Seydoux
Président des Vert'libéraux genevois
Vice-président suisse des Vert'libéraux 

18:01 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

16/05/2014

Traversée du Lac, un partenariat public-privé OUI - Un simple financement privé NON

topelement.jpgLe Grand Conseil genevois vient d’accepter une motion demandant au Conseil d’Etat d’étudier un partenariat public-privé pour la traverser du Lac.

Excellente décision pour autant que cela soit un partenariat sur un projet global et non pas juste un financement.

En effet, quel intérêt a une collectivité qui peut emprunter à l’heure actuelle à des taux d’environ 1% de se faire prêter de l’argent par des financiers à des taux de 8%. Je comprends bien l’intérêt des banques et assurances, mais pas celui de l’Etat.

Le partenariat doit se faire avec des promoteurs-entrepreneurs. Une traversée du Lac va engendrer la mise à disposition de surfaces et d’espaces qui devront être valorisés par des privés qui en contrepartie des surfaces misent à disposition redistribuent tout ou partie de leurs bénéfices à l’Etat pour financer l’amortissement de l’ouvrage.

L’exemple le plus compréhensible est le péage, c’est l’utilisateur privé qui finance la traversée. Des revenus peuvent aussi provenir de l'exploitation de panneaux solaires ou d'éoliennes dans le cas d'un pont.
Les aménagements des rives proches de la traversée vont pouvoir être valorisés pour des activités économiques. Nous pouvons imaginer un port, une base nautique mais aussi des parkings qui devront être en lien avec des connexions en mobilité douce et des transports publics qui devront pouvoir utiliser l’ouvrage. Toutes autres idées créatives sont également bonnes à étudier.

Que le Conseil d’Etat prenne la bonne direction pour mettre en avant un partenariat public-privé avec des promoteurs-entrepreneurs, ceux qui créent de la valeur ajouté, plutôt que des financiers qui voient dans ce partenariat une très belle opportunité… pour eux.

Laurent Seydoux
Vice-président suisse des Vert’libéraux
Président des Vert’libéraux genevois

 

15:43 Publié dans Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

25/03/2014

Marre des bien pensants !!!

MixRemix_OnVote.gifVoilà le sentiment qui m'anime après le 1er tour des municipales en France et qui fait écho aux résultats du 9 février chez nous.
 
Marre de ces dirigeants de parti qui n'ont que pour seule proposition de rejetter ceux qui ont le mauvais goût de dénoncer les conséquences catastrophiques de la politique actuelle.
 
Faire de la politique c'est aussi savoir se remettre en question et évaluer si les mesures que nous prenons ont atteint leurs objectifs et que les effets collatéraux soient supportables.
 
Les situations difficiles que nous vivons actuellement dans le logement, l'emploi, la mobilité, la sécurité ne sont pas le fruit du hasard. Elles sont les conséquences de décisions non adéquates qui ont été prises. Il s'agit d'en prendre conscience et d'y remédier. J'y reviendrais plus en détails prochainement...
 
Laurent Seydoux

07:00 Publié dans Air du temps, Humeur | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

27/10/2013

Les Socialistes et la vignette, tout ça pour ça !

2989386665_1_3_7CuW0U8v.jpgEn mars, à Berne, c'est à la surprise générale et au dernier moment que les Parlementaires socialistes ont proposé de soutenir la vignette autoroutière à 100.- au lieu du compromis des Vert'libéraux de faire passer la vignette à 80.- 

Alors que le compromis à 80.- aurait permis d'éviter le référendum, les Socialistes, pour de sombres raisons de calculs politiques, ont négocié le soutient à la vignette à 100.-

Et tout ça en finalité pour que leur base très divisée ne propose, ce week end en Assemblée générale, la liberté de vote !!! 

Alors merci à eux d'avoir donné un nouveau sujet de discorde aux Suisses, alors que la nécessité de régler les problèmes des goulets d'étranglement est partagée par une large majorité. Pour cela une vignette à 80.- était suffisante et aurait notamment évité le risque de la construction d'un deuxième tube routier au Gothard.

Nous avons des sujets bien plus importants à régler que de s'étriper et de dépenser des fortunes en campagne pour cette augmentation. Merci aux parlementaires de s'en souvenir.

Laurent Seydoux
Vice-président suisses des Vert'libéraux 

17:24 Publié dans Air du temps, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

02/10/2013

La sécurité est aussi au programme des Vert'libéraux

Contrairement à ce que laisserait penser le tableau incomplet dans Tribune de Genève du 2 octobre sur les positions des partis sur la sécurité, les Vert'libéraux ont un programme sur la sécurité.

Prévention - répression - sanctions - réparations

Ci-dessous, nos engagements que vos pouvez retrouver sur notre site : http://ge.vertliberaux.ch/elections/engagements.php

Pour une Genève plus sûre:

Du fait de la recrudescence des actes d’incivilité et de la petite délinquance, la population ne se sent plus en sécurité. Seule une combinaison de prévention et de répression pourra inverser cette tendance.

Les Vert’libéraux s’engagent à :

  • Appliquer strictement les lois existantes

  • Renforcer le soutien aux victimes

  • Accélérer les procédures judiciaires en dotant la justice des moyens adéquats

  • Mettre en place une «tolérance zéro» pour la violence de rue par une répression active et constante des forces de l’ordre

  • Donner des cours de civisme dans le programme scolaire, incluant la sensibilisation au respect d’autrui et des biens, et à la banalisation des problèmes induits par la consommation d’alcool et de drogues

  • Renforcer la formation des polices municipales aux problématiques urbaines pour une vraie police de proximité au service des citoyens

  • Maintenir les deux écoles de police (gendarmerie et police judiciaire) et mettre en réseau les polices municipales au niveau du canton

  • Appliquer strictement des mesures de contrainte à l’égard des délinquants étrangers

  • Généraliser les expériences de travailleurs sociaux de rue dans certains endroits stratégiques

  • Combattre le bruit à sa source en appliquant les lois en vigueur

     

Il ne reste plus que quelques jours, n'oubliez pas d'aller voter. Pour les Vert'libéraux c'est la liste No 7. Mettre le numéro de liste est très important pour que l'on puisse rentrer au Grand Conseil.

 

Laurent Seydoux
Vice-président Suisse des Vert'libéraux
Candidat au Conseil d'Etat 

10:59 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

17/09/2013

Genève ne croit pas(plus) à la traversée du lac.

topelement.jpgHier le conseil National a balayé par 108 vois contre 66 l'Initiative cantonale genevoise pour la traversée du lac.

Ca vous étonne? Pas moi.

Sur nos 11 parlementaires genevois, il n'y avait même pas une majorité pour défendre cette initiative:

5 pour: (PLR, UDC MCG) Amaudruz Céline, Hiltpold Hugh, Luscher Christian, Nidegger Yves, Poggia Mauro

2 Contre: (Vert et Socialiste), Leuenberger Ueli, Sommaruga Carlo

3 abstention: (Socialistes et Vert) Bernasconi Maria, Hodgers Antonio, Tornare Manuel

1 absent: (PDC), Luc Barthassat

Belle image de Genève. Si nous sommes incapable d'avoir une large majorité chez nous, comment voulez-vous être crédible à Berne.

Et que dire du lobby effectué. Vous pourrez constater que les Vert'libéraux des autres cantons ont votés contre. Etonnant? Pas tellement.

Alors que j'avais approché les lobbyistes genevois pour leur dire qu'en tant que Vice-président suisse des Vert'libéraux, je pouvais faire du travail pour faire comprendre à notre parti la nécessité d'une traversée. Que mes contacts lorsque je me rends à Berne pouvaient aussi être utilisés. Notamment avec les Zürichois avec qui nous partageons les mêmes problématiques urbaines. 

Résultat, je n'ai reçu aucun dossier, aucun argumentaire, aucune stratégie.

Nous avons déserté Berne, il va falloir du temps pour y revenir. Mais surtout avec une stratégie gagnante. En tant que candidat au Conseil d'Etat, je m'engage à faire en sorte de renforcer la relation de Genève avec Berne et par là même avec le reste de la Suisse. Pour que Genève ne soit pas juste un Canton payeur, mais reçoive aussi en retour.

Laurent Seydoux

11:40 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

30/08/2013

Déjà un député Vert'libéral au Grand Conseil genevois?

image.jpg Le nouveau venu Cyril Aellen vient de déposer un projet de loi pour rendre le parking gratuit aux véhicules électriques. Nous aurons le plaisir de soutenir ce projet après notre entrée au Grand Conseil, puisque ce point fait partie de notre programme : www.ge.vertliberaux.ch/elections/engagements.php Il me semble, par-contre que ce la ne soit pas (encore) dans le programme du PLR ! Bienvenue Cyril. Laurent Seydoux

12:11 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

26/08/2013

Les Vert'libéraux à 7%

ChiffrePVL.jpg

Capture d’écran 2013-08-26 à 22.16.29.png

Petit rappel à tous ceux qui ne voient pas venir l'émergence des Vert'libéraux, le SonntagsBlick donne 7% aux Vert'libéraux en cas d'élection.

Cette fantastique progression ne concerne pas seulement la Suisse allemande puisque les Vertl'libéraux neuchâtelois sont entrés brillamment au Grand Conseil seulement 6 mois après leur création, rejoignant ainsi les vaudois et les fribourgeois dans les Grands Conseils romands.

Manifestement la fraîcheur, ainsi que l'équilibre entre l'environnement, l'humain et l'économie séduisent de plus en plus ceux qui attendent un renouveau politique.

Alors, ne soyez pas surpris si les Vert'libéraux entrent au Gouvernement genevois cet automne!

Laurent Seydoux
Vice-président Suisse des Vert'libéraux
Candidat au Conseil d'Etat

22:33 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

17/08/2013

Veyrier-YB : La fête au village, mais pas pour tout le monde.

topelement.jpgAujourd’hui Veyrier sera en fête, son club de football de 2ème ligue accueille le leader de la Super League. La Tribune de Genève de ce jour nous apprend que tout est prêt pour que la fête soit belle. Bravo aux organisateurs et on s’en réjouit !

Mais que lisons-nous plus loin ? Les 300 supporters bernois attendus seront accueillis par la gendarmerie à leur arrivée à Genève. Ensuite, encadrés, ils seront amenés au stade où ils seront cloisonnés. Et pour terminer, les gendarmes les raccompagneront dès la fin du match, selon les exigences de l’ASF. 

Mais dans quel monde vivons nous ??? Pouvons-nous juste garder le sens de la mesure ? N’est ce pas possible d’accueillir et de partager la fête avec nos amis bernois dans l’esprit festif des premiers tours de la Coupe Suisse ? Quelles valeurs peuvent transmettre ce genre de décisions, si ce n’est de créer un sentiment d’exclusion qui engendre ensuite de la violence.

Alors, ami-e-s du sport qui serez présent-e-s à Veyrier, faisons un accueil chaleureux à nos amis Bernois pour leur montrer le plaisir que nous avons de les recevoir et leur donner une image positive des Genevois-e-s !

Que la fête soit belle et rendez-vous tous au stade de Veyrier pour 16h00 !

Laurent Seydoux

11:18 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

31/05/2013

L'emploi à Genève ou l'impossible rencontre!

 

logoblogemploi.jpg

D'un côté les entreprises et leurs dirigeants se réunissent à FORUM MEYRIN, de l'autre côté et en même temps, les demandeurs d'emploi et les institutions de placements débattent à la maison des associations en VILLE DE GENÈVE.

Voilà le constat édifiant fait ce matin à mon retour de l'ouverture des Assises de l'employabilité à la maison des associations.

Comment voulez-vous améliorer la situation du chômage à Genève, si ceux qui engagent se réunissent à un endroit et ceux qui cherchent du travail à un autre, au même moment !!! 

Sûrement deux magnifiques manifestations qui mobilisent beaucoup d'énergie et de moyens, mais pour qui, pour quoi? 

Une de nos priorités est la baisse du chômage, alors tirons tous à la même corde pour un objectif commun. Les propos des entrepreneurs doivent être entendus par des demandeurs d'emploi et inversément. Les problèmes se résolvent ensemble et pas chacun dans son coin.

Un minimum de coordination et surtout de mise en réseau de ces belles énergies serait souhaitable.

Laurent Seydoux
Candidat Vert'libéral au Conseil d'Etat 


17:13 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

16/05/2013

Traversée de la rade: Que le Grand Conseil ose le contre projet!

2103716231.jpgCe jeudi soir, le Grand Conseil va se prononcer sur l'initiative UDC pour la traversée de la rade.

Que les député-e-s aient le courage de valider cette initiative, mais surtout de plancher sur un contre-projet proposant la traversée du lac multimodale!

Passons à des actes concrets et proposons au peuple le choix en connaissance de cause: une traversée de la rade, une traversée du lac ou rien.

Une votation sur le sujet permettra d'initier ou d'enterrer définitivement ce projet.

Pour les Vert'libéraux, une infrastructure reliant les deux rives bien en amont est une nécessité pour alléger le trafic de transit au centre ville et sur l'autoroute de contournement. Cette traversée permettra également de désenclaver et de développer la rive gauche.

Alors, Mesdames et Messieurs les député-e-s, ayez le courage de prendre en main ce dossier plutôt que de botter en touche en invalidant cette initiative qui a récolté le nombre de signatures nécessaires!

Laurent Seydoux
Candidat Vert'libéral au Conseil d'Etat

08:08 Publié dans Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : traversée du lac, rade | |  Facebook

14/03/2013

Les CFF nous mènent-ils en bateau?

topelement.jpgPas une semaine — ces temps plus un jour — ne se passe sans que des accidents sur nos lignes de chemin de fer ne soient annoncés par la presse, heureusement pour l’instant sans trop de gravité. Par-contre, cela génère des perturbations importantes sur le trafic voyageur que nous subissons également.

Mais, ne demandons-nous pas trop aux CFF qui doivent assurer une rentabilité économique à la fois de l’exploitation mais aussi de de la construction et de l’entretien du réseau ferré ?

Une directive européenne demande depuis plusieurs années que les structures juridiques soient séparées entre les infrastructures ferroviaires et leurs exploitations. Cette approche améliore la transparence des coûts et détermine mieux les responsabilités, notamment sous l’angle de la sécurité.

Les Vert’libéraux  se demandent si une meilleure répartition des rôles ne devrait pas s’opérer. D’un côté, les collectivités publiques (confédération, cantons, communes) assureraient la sécurité et la qualité des infrastructures; et de l’autre, des sociétés d’économie mixte, telles que les CFF, se chargeraient uniquement d’assurer la viabilité des exploitations, moyennant une redevance pour l’utilisation des infrastructures.

En somme, une combinaison publique-privée gagnante, plus sûre, plus transparente et optimisée.

 

09:25 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

22/02/2013

L'électorat potentiel des partis, les Vert'libéraux ont le vent en poupe.



3DB25B969564027C3BBD24C6893C1970.jpg

Dans la Tribune de Genève de ce jour (22 février 2013), un tableau du Professeur P. Sciarini recense le potentiel d'électeurs des partis politiques genevois (voir image).

C'est avec plaisir que les Vert'libéraux constatent que 40% des électeurs et électrices seraient favorables à voter vert'libéral à Genève. Soit, le taux le plus élevé du centre-droit, légèrement plus que le PDC (36%) et le PLR (38%).

Si lors des élections nationales en 2011, seulement 3,2% de l'électorat nous ont a fait confiance, ce sont 5,4% des électeurs qui ont choisit en 2012 la liste vert'libérale pour l'élection de Guillaume Barazzone au Conseil adminsitratif de la Ville de Genève.

Le tableau indique qu'avec notre résultat de 3,2% aux élections nationales (en 2011, nous venions de nous créer), nous ne concrétisons que 8% de ces 40% potentiels. Alors admettons qu'après deux ans et une meilleure visibilitée nous ayons un taux de concrétisation de 22%, équivalent du plus bas des autres partis, soit les Verts. Il semble légitime de se projeter avec 8% pour les Vert'lib lors de l'élection au Grand Conseil de cet automne.

Evidemment, cela dépendra de la qualité de notre campagne. Mais vous pourrez compter sur nous pour être innovant avec des propositions pragmatiques et fédératrices pour améliorer la qualité de vie à Genève dans le respect des personnes, de l'environnement et de l'économie.

Laurent Seydoux
Président des Vert'libéraux genevois 

17:46 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

20/11/2012

"Ensemble au centre" une moyenne plutôt qu'un programme fédérateur.

Alors que certains envisagent dans leur blog la mise sur pied pour les élections au Grand-Conseil 2013 d’une liste commune « ensemble au centre », il ne me semble pas inutile de rappeler que le fait de travailler ensemble pour le bien commun devait être la préoccupation de chaque politicien-ne. Pour cela, il est nécessaire de bien connaître les autres et leurs valeurs afin de collaborer efficacement. Pour commencer, il aurait été apprécié que la direction des Vert’libéraux soit contactée au préalable afin de connaître notre position. Cela aurait pu être les prémices d’une collaboration.

Être alliés de circonstance n’est pas un objectif durable qui permette à Genève de sortir de la crise dans laquelle elle se situe, notamment sur sa mobilité immobile, son immobilisme dans les infrastructures et dans le fait que les partis gouvernementaux font de la politique avec le logement, plutôt qu’une politique du logement. Et ils en font de même avec la sécurité.

Parler de centre avec un PBD héritier de l’UDC et situé bien à droite, un parti pirate plutôt à gauche et des indépendants sans étiquette me fait penser à une moyenne située au centre plutôt qu'à un programme fédérateur.

Les Vert’libéraux se caractérisent fondamentalement comme un parti progressiste en phase avec l’évolution de notre société. Cherchant dans les projets l’équilibre entre la composante environnementale, économique et sociale.

Les Vert’libéraux sont pour une véritable alternative concrète et pragmatique à une politique actuelle qui propose des solutions du siècle passé. Que ceux qui partagent ces idées nous rejoignent individuellement ou en groupe. Et là nous pourrons parler de liste commune.

Laurent SEYDOUX
Président des Vert’libéraux genevois

09:47 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

26/10/2012

Les Vert’libéraux font-ils peur ?

Nous pouvons le penser lorsque nous voyons les deux articles à charges parus cette semaine dans la Tribune de Genève et 24 heures.

Les partis traditionnels s’inquiètent de la magnifique réussite des Vert’libéraux lors des élections nationales de l’année dernière avec 14 élu-e-s à Berne. De plus, nous continuons en représentant la plus forte progression avec +1.6% pour représenter 7%, des électeurs et électrices, alors que les Verts régressent à 8.2%, selon les derniers sondages.

Contrairement à ce qui est affirmé dans ces articles, les Vert’libéraux sont les plus unis dans leur votes à Berne (cf. article du temps http://www.letemps.ch) et montre une belle cohérence dans les sujets importants.

button_TEcontreTVA_still.gifLe lancement d’une nouvelle initiative, surtout la 1ère pour un jeune parti, est une aventure. Elle nous a permit de nous mobiliser, d’apprendre et de comprendre. Aboutir à la récolte de 100'000 signatures, surtout sur un sujet comme la fiscalité verte, serait une belle preuve de maturité et nous allons tout mettre en place pour y arriver. Le but n’est pas si éloigné, même si les délais sont comptés.

Il est vrai que cette forte progression mérite encore des réglages, au niveau de la communication notamment. Mais aussi dans la capacité de la présidence suisse d’être soulagée, de mieux fédérer et d’informer les sections cantonales et communales, particulièrement en Suisse romande. Ce sont les raisons pour lesquelles, la prochaine assemblée des délégué-e-s du 3 novembre est symbolique. En effet, le renforcement de la présidence et une meilleure représentation romande est au programme pour affirmer le dynamisme du parti.

La Suisse romande est un enjeu important, notamment parce que les résultats des différentes élections dans le canton de Vaud et Genève ont des scores plus élevés que dans les autres cantons Suisse Alémaniques après seulement 2 à 3 ans de création. La prochaine création des Vert’libéraux Neuchâtelois à la fin du mois montre également le dynamisme de ce parti moderne et pragmatique qui n’est pas gangréné par des histoires d’un autre siècle.

Soutenir les Vert’libéraux c’est croire en une société humaine capable d’allier l’écologie et l’économie avec pragmatisme.

Laurent Seydoux
Membre du comité directeur des Vert’libéraux suisse

09:00 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook