11/03/2011

Les Communes ont leur mot à dire

A Genève, les Communes ont peu d’autonomie en matière d’aménagement de leur territoire. Nous devons tout mettre en œuvre afin de ne pas revivre le scénario traumatisant des cités-dortoirs que l’Etat a imposées et dont il a ensuite laissé aux Communes le soin de les gérer.

Ces quartiers sans espace de rencontres ni d’échange n’ont jamais pu jouer leur rôle de ciment communautaire. Ce constat suggère la nécessité de mieux prendre en compte au préalable les volontés communales dans la réflexion du développement de la région.

Lorsque les Communes de Plan-les-Ouates et Confignon ont appris que le secteur des Cherpines devenait une priorité du canton en tant que zone à urbaniser, les autorités communales ont décidé d’agir en devenant acteurs du projet d’aménagement de la Plaine de l’Aire.

Leur objectif premier étant de créer de la qualité de vie dans un «futur quartier» en respectant les concepts de développement durable.

Ce projet constitue un enjeu extrêmement important pour les 6000 futurs habitants qui pourront bénéficier de conditions de logement à des prix raisonnables dans 3000 logements, tous à loyers contrôlés par l’Etat.

Pour les accueillir au mieux, le territoire doit prévoir les structures pour la formation, les services et bureaux, le commerce, la santé, le sport, la culture, les loisirs. Nous devons également tenir compte de la mobilité douce, qu’elle soit collective ou individuelle.

Pour traiter une partie de ces questions, une démarche participative a été mise en place auprès d’habitants, d’associations et de clubs.

Cette démarche a commencé il y a une année et demie, plus d’une centaine de personnes se sont investies pour partager leurs visions et présenter leurs projets. Au final, il ressort de cet état des lieux des propositions concrètes pour répondre aux besoins, concernant des aménagements durables dédiés à la culture, au sport et aux loisirs. Depuis lors certaines ont été redimensionnées. Il est apparu que les infrastructures de ce futur quartier devront tenir compte d’un bassin de plus de 20 000 personnes (habitants, riverains, étudiants, travailleurs) situées à proximité.

Or, les uns, sans égards pour les besoins des citoyens et des associations de ce canton, souhaitent transformer ce projet urbanistique en une cité-dortoir. Les autres revendiquent une zone agricole intouchable, ce en pleine crise du logement.

A ces conceptions dépassées j’entends défendre pour nos habitants et futurs habitants un projet innovant, raisonnable et de qualité pour les Cherpines et cela dans le respect des activités agricoles contractuelles ou traditionnelles qui peuvent prendre place juste à côté, dans une zone agricole spéciale, largement sous exploitée.

 

16:32 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cherpines, communes, laurent, plan-les-ouates, seydoux, vert'libéraux | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.