27/03/2012

La petite délinquance une fatalité pour Genève?

graphique_delinquance.pngPour les Vert'libéraux, le constat est simple, Genève est trop attractive pour la petite criminalité, à la fois par son niveau de vie, mais surtout pour la clémence de ses peines. Ici, le premier délit est "offert" et les suivants peu sanctionnés

Il s'agit de faire diminuer cette attractivité par le renforcement du pouvoir judiciaire. Une application stricte de la loi, des sanctions, sans sursis, et permettre aux victimes, souvent les oubliées du système, d'obtenir rapidement réparation.

De plus, il est avéré que de nombreux délits sont commis par un groupe de 400 délinquants connus et multirécidivistes. Il s'agit donc d'appliquer la détention administrative, qui peut aller jusqu'à deux ans, pour éviter qu'ils ne se retrouvent déjà dans la rue à récidiver alors que le policier n'a pas encore fini son rapport.

 

Genève s'est aussi figée avec ses infrastructures pénitentiaires. Il est indispensable de construire enfin des lieux de détention capables de répondre à l'accroissement de la population à incarcérer.

Et pour finir, afin que les habitants puissent compter sur une vraie police de proximité et dans le but d'améliorer la coordination entre les communes, nous proposons un corps unique de police municipale rattaché au Canton. Ses missions consisteront d'une part à assurer la répression locale et d'autre part de privilégier la médiation dans les quartiers.

Non, dans ces conditions, la petite délinquance n'est pas une fatalité pour Genève.

07:39 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.