16/05/2014

Traversée du Lac, un partenariat public-privé OUI - Un simple financement privé NON

topelement.jpgLe Grand Conseil genevois vient d’accepter une motion demandant au Conseil d’Etat d’étudier un partenariat public-privé pour la traverser du Lac.

Excellente décision pour autant que cela soit un partenariat sur un projet global et non pas juste un financement.

En effet, quel intérêt a une collectivité qui peut emprunter à l’heure actuelle à des taux d’environ 1% de se faire prêter de l’argent par des financiers à des taux de 8%. Je comprends bien l’intérêt des banques et assurances, mais pas celui de l’Etat.

Le partenariat doit se faire avec des promoteurs-entrepreneurs. Une traversée du Lac va engendrer la mise à disposition de surfaces et d’espaces qui devront être valorisés par des privés qui en contrepartie des surfaces misent à disposition redistribuent tout ou partie de leurs bénéfices à l’Etat pour financer l’amortissement de l’ouvrage.

L’exemple le plus compréhensible est le péage, c’est l’utilisateur privé qui finance la traversée. Des revenus peuvent aussi provenir de l'exploitation de panneaux solaires ou d'éoliennes dans le cas d'un pont.
Les aménagements des rives proches de la traversée vont pouvoir être valorisés pour des activités économiques. Nous pouvons imaginer un port, une base nautique mais aussi des parkings qui devront être en lien avec des connexions en mobilité douce et des transports publics qui devront pouvoir utiliser l’ouvrage. Toutes autres idées créatives sont également bonnes à étudier.

Que le Conseil d’Etat prenne la bonne direction pour mettre en avant un partenariat public-privé avec des promoteurs-entrepreneurs, ceux qui créent de la valeur ajouté, plutôt que des financiers qui voient dans ce partenariat une très belle opportunité… pour eux.

Laurent Seydoux
Vice-président suisse des Vert’libéraux
Président des Vert’libéraux genevois

 

15:43 Publié dans Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook