22/11/2016

La force de la société civile

14642440_583286588537302_2515706260318515692_n.pngIl faut le reconnaitre, nous avons, en Suisse, une économie prospère, particulièrement à Genève. Mais quel est le prix de ce résultat ?

Cette prospérité est possible grâce à une augmentation de la productivité, elle-même induite par des exigences élevées que ce soit en termes de niveau de formation mais également d'implication plus forte, notamment de la part des salariés. Il faut souligner le fait que la libre circulation des personnes a été indispensable pour répondre à ces besoins.

La conséquence de ceci est qu’aujourd’hui, nombreuses sont les personnes, autour de nous, mises de côté par le monde du travail, que cela soit pour des raisons d’âge, de formation ou d’origine culturelle. Afin de palier à ce problème, le système social essaye tout d'abord de les réinsérer dans un monde du travail qui n’a malheureusement plus rien à leur proposer et enfin, endosse un rôle d’assistanat mais uniquement financier.

Vous ajoutez à ces constats la révolution industrielle 4.0, durant laquelle l’avenir de certains métiers reste incertain. Nous avons là alors tous les ingrédients d'une situation explosive car si les constats existent, les solutions peinent à émerger. Il est pourtant possible de croire à une économie qui mêle partage des richesses, solidarité et cohésion sociale. L’une des pistes de réflexion est de renforcer des activités déjà existantes mais souvent sous estimées dans leur apport à notre société.

Prenons les associations en exemple, elles sont des pépinières d'activités qui pourraient, pour certaines, devenir les emplois de demain. D'ailleurs, elles ont déjà commencé à le faire. Les associations sont des actrices d’importance, car elles connaissent la réalité du terrain, elles apportent des réponses souples, adaptées et créatives aux besoins pour lesquelles elles se mobilisent. Elles sont par conséquent des actrices du changement et des partenaires de première ligne dans la définition des politiques publiques. 

Redonner du pouvoir aux acteurs de terrain, repenser les frontières entre le bénévolat et le salariat, redéfinir le partenariat société civile-pouvoirs publics afin de relever les enjeux de notre société, tel est le défi qui est lancé par le Laboratoire d’Ynnovation Sociale de Genève (www.LYS.ch).

Si vous êtes sensible à ces questions, nous vous laissons le soin de vous inscrire, sur notre site www.lys.ch, à notre newsletter ou de nous contacter, si vous êtes une association en réflexion face à ces changements.

J'ai eu l'occasion de m'exprimer à ce sujet dans le journal du matin de la RSR la 1ère, le 16 novembre 2016 https://lys.ch/force-de-societe-civile-interview-de-laure...

Au plaisir de vos retours.

15:35 Publié dans Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

12/03/2015

Des êtres humains, pas des ressources humaines !

123569-0kfagyLPkzkenf1h2P6xRQ.jpgMadame et Messieurs du Conseil d'Etat, vous rendez-vous compte de la violence de votre politique de réformes?

Vous travaillez avec des êtres humains, pas des ressources humaines. La responsabilité et le respect devraient être des valeurs qui guident vos décisions. Vous ne pouvez pas mépriser ainsi des enseignants, des directeurs, des parents d'élèves ou des élèves en les mettant devant le fait accompli. La réflexion du changement doit impliquer les personnes concernées dans les choix qui peuvent changer drastiquement leurs conditions de travail.

L'inquiétude, voire la peur du changement, est certainement un des facteurs les plus bloquants pour permettre des réformes.

Il ne fait aucun doute que l'organisation de l'enseignement doit être adaptée, mais vous ne pouvez pas le faire contre les personnes directement impliquées. Faire confiance, c'est donner des responsabilités, c'est reconnaître à l'autre sa capacité à participer de façon constructive aux éléments qui forgent une décision.

L'effet le plus dévastateur pour les personnes impliquées est certainement d'apprendre cela par la presse, comme tout le monde.

08:45 Publié dans Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

17/01/2015

Et si nous écoutions la fonction publique !

Article_Tdg_Fct_Publique.jpgEntre les manifestations de la fin de l’année dernière et les prochaines à venir, il ne vous aura pas échappé que les femmes et les hommes qui se mobilisent dans nos rues sont ceux qui entretiennent un contact direct avec la population. Qu’ils soient enseignants, policiers, chauffeurs TPG, gardiens de prison, infirmières, toutes ces personnes partagent notre quotidien.

Et si leur raz le bol était un signal d’alarme adressé au monde politique de plus en plus déconnecté d’une réalité vécue par les genevois-e-s. Ces politiques qui considèrent ces fonctionnaires comme le dernier maillon de la chaîne, alors qu’ils sont le premier maillon du service au public.

Je ne peux croire que ces manifestant-e-s se rassemblent pour défendre des privilèges. Ils ont bien conscience qu’ils ne sont pas les plus mal lotis. Je pense plutôt qu’ils veulent convaincre qu’on ne peut pas réformer la fonction publique sans s’en donner les moyens. Que des coupes budgétaires arbitraires ne réussiront pas à réformer un système qui doit composer avec l’évolution des besoins de chacune et de chacun d’entre nous.

Mais qui mieux que ces personnes au front comprennent la réalité des besoins de la population ? Priorisons les actions du service public en fonction des besoins identifiés avec les personnes engagées sur le terrain. Faisons confiance à ces agents de proximité, donnons leur une autonomie et des moyens adaptés à leurs missions. Notre dette importante ne doit pas être le faux prétexte pour faire pression sur la fonction publique.

Pour sortir de cette situation, il est indispensable d’oeuvrer pour des mesures exceptionnelles afin d’assainir rapidement notre dette de treize milliards. Il est illusoire de penser que le budget courant pourra un jour servir à diminuer cette dette. C’est la mission d’une équipe de spécialistes financiers qui devra envisager toutes les pistes pour trouver des recettes exceptionnelles et valoriser les actifs de la dette.

En parallèle, il est essentiel d’établir un plan d’investissements concerté permettant par exemple de rénover les écoles, de construire les équipements sportifs et culturels, d’équiper les hôpitaux et d’aménager des voies de circulation.

Une solution profitable à long terme pour Genève passe par l’assainissement de la dette, par la mise en place d’un plan d’investissements concerté et par la reconnaissance que les fonctionnaires en lien avec la population ont le rôle primordial de premier maillon de l’action publique. 

Laurent Seydoux
Président vert’libéraux genevois

 

*Article paru le 15 janvier dans la Tribune de Genève

14:27 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

16/05/2014

Traversée du Lac, un partenariat public-privé OUI - Un simple financement privé NON

topelement.jpgLe Grand Conseil genevois vient d’accepter une motion demandant au Conseil d’Etat d’étudier un partenariat public-privé pour la traverser du Lac.

Excellente décision pour autant que cela soit un partenariat sur un projet global et non pas juste un financement.

En effet, quel intérêt a une collectivité qui peut emprunter à l’heure actuelle à des taux d’environ 1% de se faire prêter de l’argent par des financiers à des taux de 8%. Je comprends bien l’intérêt des banques et assurances, mais pas celui de l’Etat.

Le partenariat doit se faire avec des promoteurs-entrepreneurs. Une traversée du Lac va engendrer la mise à disposition de surfaces et d’espaces qui devront être valorisés par des privés qui en contrepartie des surfaces misent à disposition redistribuent tout ou partie de leurs bénéfices à l’Etat pour financer l’amortissement de l’ouvrage.

L’exemple le plus compréhensible est le péage, c’est l’utilisateur privé qui finance la traversée. Des revenus peuvent aussi provenir de l'exploitation de panneaux solaires ou d'éoliennes dans le cas d'un pont.
Les aménagements des rives proches de la traversée vont pouvoir être valorisés pour des activités économiques. Nous pouvons imaginer un port, une base nautique mais aussi des parkings qui devront être en lien avec des connexions en mobilité douce et des transports publics qui devront pouvoir utiliser l’ouvrage. Toutes autres idées créatives sont également bonnes à étudier.

Que le Conseil d’Etat prenne la bonne direction pour mettre en avant un partenariat public-privé avec des promoteurs-entrepreneurs, ceux qui créent de la valeur ajouté, plutôt que des financiers qui voient dans ce partenariat une très belle opportunité… pour eux.

Laurent Seydoux
Vice-président suisse des Vert’libéraux
Président des Vert’libéraux genevois

 

15:43 Publié dans Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

16/05/2013

Traversée de la rade: Que le Grand Conseil ose le contre projet!

2103716231.jpgCe jeudi soir, le Grand Conseil va se prononcer sur l'initiative UDC pour la traversée de la rade.

Que les député-e-s aient le courage de valider cette initiative, mais surtout de plancher sur un contre-projet proposant la traversée du lac multimodale!

Passons à des actes concrets et proposons au peuple le choix en connaissance de cause: une traversée de la rade, une traversée du lac ou rien.

Une votation sur le sujet permettra d'initier ou d'enterrer définitivement ce projet.

Pour les Vert'libéraux, une infrastructure reliant les deux rives bien en amont est une nécessité pour alléger le trafic de transit au centre ville et sur l'autoroute de contournement. Cette traversée permettra également de désenclaver et de développer la rive gauche.

Alors, Mesdames et Messieurs les député-e-s, ayez le courage de prendre en main ce dossier plutôt que de botter en touche en invalidant cette initiative qui a récolté le nombre de signatures nécessaires!

Laurent Seydoux
Candidat Vert'libéral au Conseil d'Etat

08:08 Publié dans Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : traversée du lac, rade | |  Facebook

20/11/2012

"Ensemble au centre" une moyenne plutôt qu'un programme fédérateur.

Alors que certains envisagent dans leur blog la mise sur pied pour les élections au Grand-Conseil 2013 d’une liste commune « ensemble au centre », il ne me semble pas inutile de rappeler que le fait de travailler ensemble pour le bien commun devait être la préoccupation de chaque politicien-ne. Pour cela, il est nécessaire de bien connaître les autres et leurs valeurs afin de collaborer efficacement. Pour commencer, il aurait été apprécié que la direction des Vert’libéraux soit contactée au préalable afin de connaître notre position. Cela aurait pu être les prémices d’une collaboration.

Être alliés de circonstance n’est pas un objectif durable qui permette à Genève de sortir de la crise dans laquelle elle se situe, notamment sur sa mobilité immobile, son immobilisme dans les infrastructures et dans le fait que les partis gouvernementaux font de la politique avec le logement, plutôt qu’une politique du logement. Et ils en font de même avec la sécurité.

Parler de centre avec un PBD héritier de l’UDC et situé bien à droite, un parti pirate plutôt à gauche et des indépendants sans étiquette me fait penser à une moyenne située au centre plutôt qu'à un programme fédérateur.

Les Vert’libéraux se caractérisent fondamentalement comme un parti progressiste en phase avec l’évolution de notre société. Cherchant dans les projets l’équilibre entre la composante environnementale, économique et sociale.

Les Vert’libéraux sont pour une véritable alternative concrète et pragmatique à une politique actuelle qui propose des solutions du siècle passé. Que ceux qui partagent ces idées nous rejoignent individuellement ou en groupe. Et là nous pourrons parler de liste commune.

Laurent SEYDOUX
Président des Vert’libéraux genevois

09:47 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

16/05/2012

Ecologie au PLR, paroles, paroles...

Tas papier.jpgLe candidat PLR vient d'écrire un blog ventant sa position sur l'écologie, bien, mais ne serait-il pas mieux de montrer l'exemple?

Le candidat PLR est présent sur 8 listes pour les élections au Conseil d'Etat du 17 juin, dont une est Ecologie(sic!) et terroir.

Cela fait donc au moins 1'600'000 (oui! un million six cent mille) bulletins imprimés qui passerons à la poubelle. Gaspillage, gaspillage...

Les Vert'libéraux sont pour une vrai lutte responsable contre le gaspillage.

 

15:12 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : ecologie, vert'libéraux, laurent seydoux | |  Facebook

10/05/2012

Grève des fonctionnaires : Pourquoi les gouvernants ou le candidat PLR répondent finances à une question humaine?

La vraie question qui se pose par rapport à la fonction publique est de savoir s'il y a une véritable politique des ressources humaines.

Il manque une politique qui fixe des objectifs clairs, des missions précises, des indicateurs d'évaluations, qui évalue et qui s'adapte.

Il manque une politique qui donne les justes moyens de ses objectifs, qui fait confiance et reconnaît la responsabilité et l'expertise métier de chacun et de chacune.

Il manque un politique qui respecte ses engagements et qui est capable de négocier plutôt que de faire des promesses qu'il ne tient pas.

Il manque un politique qui prend ses responsabilités quand il faut prendre des décisions parfois lourdes à propos de collaborateurs qui ne sont pas à la bonne place.

La fonction publique ce sont des hommes et des femmes qui doivent mettre en œuvre la politique gouvernementale. C'est une mission exposée et qui demande une certaine vocation, reconnaissons-le et respectons-les. Ce savoir-faire est une vraie richesse et assure la pérennité de notre Etat de droit.

Soyons pragmatiques et arrêtons de faire des prévisions de Mme Soleil sur les revenus inconnus pour notre budget 2013. Je propose de prendre les revenus connus de 2011 pour réaliser le budget 2013. Vivons avec l'argent que nous avons et non pas avec celui que nous aurons peut-être. Cela nous permettra de nous concentrer sur l'humain et le service au public. Je rappelle que les finances sont un moyen et non pas une finalité.

16:58 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : grève fonctionnaire, fonction publique, laurent seydoux, politique | |  Facebook

27/04/2012

Le président de la CCIG aurait-il été sacrifié par le PLR?

teasersmall16x9.jpgOn peut légitimement se poser la question de savoir si François Naef, patron de Merck Serono, devenait un problème pour le PLR en vue de la campagne au Conseil d'Etat.

Le mélange entre le rôle d'un patron d'un désastre industriel qui n'a pas été anticipé, et celui du Président de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Genève qui soutient officiellement le candidat PLR, était devenu gênant.

Une situation bien embarassante pour les trois membres sur 6 de la Direction de la Chambre qui sont également au comité directeur du PLR.

L'économie genevoise et ses emplois ont besoin de gouvernants en connaissance du millieu de l'entreprise, capables d'en comprendre les enjeux et de les anticiper indépendamment des lobby.

 

http://ge.vertliberaux.ch/elections/

18:07 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : françois naef, cig, merck serono | |  Facebook

26/04/2012

Un Plan Directeur Cantonal, pour quoi, pour qui?

Pour quoi ? Pour qui ? Car c'est bien de cela dont il s'agit.

  • Pour justifier le projet d'agglo, prétexte au retour du tram à Genève?
  • Pour loger 100'000 nouveaux arrivants?
  • Pour rattraper 30 ans d'immobilisme dans la construction de logements et d'infrastructures?

        Face à ces questions, les Vert'libéraux proposent les Assises de l'aménagement du Grand Genève pour parvenir à une proposition démocratique concertée au service des projets d'aménagement du territoire et du logement. Le développement de Genève ne se fera pas hors du débat démocratique.

        L'histoire de 30 ans d'immobilisme, de politique désorientée dans la construction de logements et d'infrastructures a fait ses preuves : une offre insuffisante, donc à des prix exorbitants lorsqu'il s'agit de se loger. Genève doit reprendre en mains les fondements de sa responsabilité sociale et en finir avec des constats qui poussent nos jeunes et les familles à quitter leur Canton. Retrouver une authentique dynamique de développement devra être notre priorité. Pour atteindre cet objectif, une réflexion sereine et objective en matière de priorités d'actions pour notre développement s'impose.

        Le contenu de ces assises se basera sur un état des lieux et des rencontres effectués au préalable sur les projets en cours. Les Communes, les associations suisses et françaises doivent absolument prendre part aux débats, faire part de leurs besoins et de leurs expériences. Les divergences feront ainsi l'objet de négociations entre tous les acteurs concernés afin qu'ils se positionnent en vue de projets durables et favorisant le logement.

        Tout cela prend du temps, mais il nous faut commencer par instaurer un vrai plan de marche, et ce, rapidement. Par mon esprit d'entrepreneur allié à mon expérience de l'aménagement du territoire et des démarches participatives, en tant que Conseiller d'Etat, je serais en capacité réelle et immédiate de mettre en oeuvre cette proposition.

         

        879555813.jpg

         

         

         

        16:50 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : assises, grand, genève, plan directeur, seydoux, conseil d'etat | |  Facebook

        27/03/2012

        La petite délinquance une fatalité pour Genève?

        graphique_delinquance.pngPour les Vert'libéraux, le constat est simple, Genève est trop attractive pour la petite criminalité, à la fois par son niveau de vie, mais surtout pour la clémence de ses peines. Ici, le premier délit est "offert" et les suivants peu sanctionnés

        Il s'agit de faire diminuer cette attractivité par le renforcement du pouvoir judiciaire. Une application stricte de la loi, des sanctions, sans sursis, et permettre aux victimes, souvent les oubliées du système, d'obtenir rapidement réparation.

        De plus, il est avéré que de nombreux délits sont commis par un groupe de 400 délinquants connus et multirécidivistes. Il s'agit donc d'appliquer la détention administrative, qui peut aller jusqu'à deux ans, pour éviter qu'ils ne se retrouvent déjà dans la rue à récidiver alors que le policier n'a pas encore fini son rapport.

         

        Genève s'est aussi figée avec ses infrastructures pénitentiaires. Il est indispensable de construire enfin des lieux de détention capables de répondre à l'accroissement de la population à incarcérer.

        Et pour finir, afin que les habitants puissent compter sur une vraie police de proximité et dans le but d'améliorer la coordination entre les communes, nous proposons un corps unique de police municipale rattaché au Canton. Ses missions consisteront d'une part à assurer la répression locale et d'autre part de privilégier la médiation dans les quartiers.

        Non, dans ces conditions, la petite délinquance n'est pas une fatalité pour Genève.

        07:39 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

        13/01/2012

        Les Verts et l'encombrant héritage de leur "Père" Robert Cramer

        1262062673.jpgPar leur opposition au Plan Directeur Cantonal, les Verts genevois finissent en moins de deux ans de répudier l'héritage aménagement de leur "père" Robert Cramer.

        Ils s'étaient déjà opposés au déclassement des Cherpines, projet initié par l'ex magistrat Vert qui d'ailleurs envisageait d'urbaniser toute la Plaine de l'Aire. En tant que maire de la commune de Plan-les-Ouates, je me suis opposé à cette volonté d’urbanisation démesurée. Envisager un projet viable, passait en priorité par son redimensionnement et la construction d’un éco-quartier raisonnable et cohérent.

        Huit mois après l’acceptation populaire du déclassement des Cherpines, voilà que les Verts récidivent avec le Plan Directeur Cantonal. Pourtant, ce dernier représente le résultat concret du projet d'agglomération, "bébé" de Robert Cramer (voir article http://www.tdg.ch/geneve/actu/logements-verts-contestent-...). Une fois de plus, les Verts s’opposent au développement naturel de notre Canton alors qu'ils sont au gouvernement.

        Ils étaient bien silencieux sur l'aménagement du territoire lorsque leur Conseiller d'Etat était aux commandes. Une attitude qui résonne étrangement chez un Robert Cramer resté, lui, bien muet sur le déclassement des Cherpines et le Plan Directeur.

        Oui, la manière inadéquate d'imposer ce Plan Directeur va saborder le projet. Il n'empêche que les propositions avancées résultent du processus de concertation lors du projet d'agglomération. Il faut croire que les Genevois n'ont pas pris conscience de l'importance des enjeux. Soyons réalistes. Ce Plan Directeur 2030 n’a quasi pas de soutien. Il est mort né.

        En conséquence, en tant que Président des Vert'libéraux, je demande au Conseil d'Etat de mettre en place rapidement les Assises de l'aménagement du Grand Genève. Une rencontre aujourd'hui indispensable entre l'Etat, les Communes et la société civile, Suisses et Français, pour confirmer nos convergences et débattre des divergences. Les leçons du passé constituent nos défis pour l’avenir. Genève ne peut plus se permettre l'immobilisme, principale cause de la pénurie de logement dans notre Canton.

        Sur la mobilité à Genève, dès maintenant les Verts, prenez vos responsabilités et osez une critique progressiste. N'hésitez pas à remettre en question votre positionnement actuel ainsi que la gestion de votre "mère" Mme Kunzler. Et, d'avance merci de ne pas attendre que ce département aille à un-e élu-e d'un autre parti pour le critiquer.

        Rejoignez donc les Vert'libéraux pour proposer une traversée du Lac multimodale, une vraie solution pour améliorer la mobilité dans cette région et diminuer le trafic au centre Ville.

        La contestation, de plus par des partis gouvernementaux, sans proposition réaliste ne fait que nourrir le sentiment d'un Etat mal gouverné. La Genève d'aujourd'hui a besoin d'une gouvernance solide, avec de nouveaux acteurs, basée sur des projets de développement enthousiasmants, fédérateurs et non de polémiques qui divisent et fragilisent l'avenir de notre région.

         

        14:30 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

        23/11/2011

        Budget de Plan-les-Ouates, des jeunes engagés dans la culture sont victimes de leur succès!

        img_3693.jpgJe suis en colère après la triste soirée de ce mardi 15 novembre consacrée au vote du budget de la Commune de Plan-le-Ouates. Nous peinons déjà à comprendre quelles sont les priorités pour cette nouvelle législature, mais voilà que les PLR et PDC mettent volontairement à mal ce qui fonctionne très bien.

        Leur décision ? Diminuer de près de moitié, soit CHF 20'000.-, le soutien de la Commune pour l'organisation de la 6ème édition du Festival Plein-les-Watts, festival organisé par une équipe de jeunes responsables et compétents proposant une manifestation réussie à tous points de vues.

        Que leur reproche-t-on? Avoir fait un bénéfice!!! Le bilan de la 4ème édition, il est vrai, avait souffert des pertes engendrées en raison de la concurrence des fêtes de Genève et de la faillite d'un de leur partenaire privé. Les organisateurs ont su redresser la bare pour la 5ème édition aidée en plus par une météo clémente. Le résultat?! environ 15'000.-. Une somme nécessaire pour garantir la 6ème édition et en améliorer encore sa qualité tout en gardant un accès gratuit.

        En prenant cette décision, certains élus brisent un précieux capital confiance auprès de notre population, alors même que l'engagement de qualité dont fait preuve cette association va bien au-delà de ce festival. Preuve en est lorsqu'on regarde d'un peu plus près leur implication culturelle en faveur de notre commune. Je ne peux que déplorer profondément les propos choquants d'élus du PLR et du PDC (contre la position de leur magistrate!), véritables détracteurs de la culture et des jeunes; leur argumentaire de comptable rigide est inacceptable.

        Convaincu par la certitude de leurs valeurs d'un autre temps, ils ont dénigré un projet enthousiasmant fait par et pour les jeunes et qui donne une image positive de notre jeunesse et de notre commune. Par ignorance, ils sont incapables de reconnaître les nouvelles formes culturelles qui fédèrent les habitants et les jeunes. Plus généralement, c'est avec systématique qu'ils démantèlent ce qui participent naturellement à la qualité de vie de notre commune. Un sérieux problème quand on sait qu'ils ne proposent rien et considèrent la baisse du centime comme une finalité.

        img_3713.jpgHeureusement que les élu-e-s Vert'libéraux, Socialistes et Verts, bien que minorisés, ont pris leurs responsabilités et défendu les jeunes et la culture.

        Résultat de ce municipal, plus de 150'000 de bénéfice!!! Tient là aussi on fait du bénéfice, mais c'est notamment au détriment de la culture pour les jeunes...

         

        Quelques sites:

        www.pleinleswatts.ch
        http://blog.athos99.com/la-cinquieme-edition-du-festival-de-plein-les-watts-atteint-des-sommets
        http://www.webtvgeneve.ch/video-geneve/plein-les-watts-el...

         

        17:49 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (26) | Tags : plan-les-ouates, plein-les-watts, culture, jeunes | |  Facebook

        28/09/2011

        Dans 4 ans, 22 candidat-e-s au Conseil des Etats?

        Telle est la réflexion qui me vient à l'esprit en sortant du débat public sur les élections nationales animé par la Tribune de Genève mardi soir. Il manquait en effet sur l'estrade, les voix  de l'UDC  (premier parti de Suisse), de l'extrême gauche et surtout des Vert'libéraux, parti que l'on pronostique connaître la plus grande progression électorale.

        La rédaction a décidé de n'inviter que les candidat-e-s aux Conseil des Etats, un choix comme un autre. Pourtant, si la Tribune ne change pas de stratégie, nous risquons de voir dans quatre ans chaque liste aux nationales, présenter un-e candidat-e aux Etats afin d'assurer sa place dans le débat politique de façon équitable. Pour cette année on se serait donc retrouvé avec 22 candidat-e-s pour le Conseil des Etats! Une situation connue dans le canton de Vaud où 13 candidat-e-s s'affrontent avec un probable deuxième tour et les coûts y afférant à la clé.

        Si les médias se plaisent à dénoncer la pléthore de listes ou de candidat-e-s alibis, ils parviennent néanmoins à l'encourager avec ce type de pratique "fermées". On en vit actuellement la dérive avec toutes ces listes alibis qui offrent à leurs déposants une pseudo meilleure visibilité. Une plus large couverture d'affichage qui se solde par une totale illisibilité. Et que dire de la même affiche principale qui utilise plusieurs numéros de liste et qui font peu de cas des listes jeunes ou étrangers

        Les Vert'libéraux respectueux d'un débat démocratique cohérent et sincère ont décidé de ne faire qu'une liste donnant la même chance aussi bien aux jeunes qu'aux Suissesde l'étranger. De même, nous ne présentons pas de candidat-e-s alibi-e-s au Conseil des Etats. En espérant que les médias ne contribuent pas la dérive des règles du jeu démocratique et respectent la qualité du débat public en restant équitables dans le choix des invité-e-s et l'exposé des idées.

        Laurent SEYDOUX
        Candidat Vert'libéral, liste 7, au Conseil National

         

         

        19:27 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : conseil national, état, seydoux, vert'libéraux, débat, tribune, genève | |  Facebook

        22/09/2011

        Et si nous parlions de sentiment de sécurité?

        Là où chacun y va de ses propositions sur le sentiment d'insécurité ou sur l'insécurité en général, les Vert'libéraux oeuvrent pour redonner à tout un chacun le sentiment de sécurité dont il a besoin.

        Deux cents "policiers-rambo" autour d'un stade pour assurer la sécurité lors d'un match de football ne me rassurent pas. Bien au contraire. J'ai l'impression de ne pas être au bon endroit pour participer à un évènement sportif. Une police capable de monter en puissance et s'adapter à la situation nous semble plus pertinent que l'exposition de toutes nos forces au préalable.

        Les Vert'libéraux affirment que le risque zéro n'existe pas. Et plus nous essayerons de tendre à cet objectif avec des sommes colossales, moins nous serons préparés à appréhender ces risques.

        Par exemple, sans être fataliste, il faut reconnaître une forte probabilité que chacun subisse un jour un cambriolage ou un brigandage et on le sait. Alors, mettre en place quelques mesures de protection c'est normal, mais que fait-on pour minimiser l'impact émotionnel d'une agression?

        Une amie vient de se faire cambrioler, mais au-delà de l'intrusion violente dans sa sphère intime qui va nécessiter du temps pour oublier, c'est la perte d'objets sentimentaux qui est le plus dur. Des bijoux de famille, des objets, leur histoire et aussi son ordinateur qui contenait beaucoup de sa vie personnelle. Sans parler des photos de moments de bonheurs.

        Tout cela a-t-il disparu à jamais? Si nous lui avions rappelé la nécessité de faire un inventaire de ses objets, de réaliser des sauvegardes de son ordinateur, si son assureur lui avait réévalué sa police, elle se serait alors sentie beaucoup plus rassurée car accompagnée et préparée à ce qui peut arriver. Les objets auraient pu être récupérés lorsque la police découvre des caches et ses données informatiques réintroduites dans un nouvel ordinateur atténuant ainsi l'impact émotionnel.

        Que dire des efforts considérables consacrés à une "sécurité-post 11 septembre 2001" pour faire croire à un risque zéro improbable. La paranoïa que nous vivons dans les aéroports est un exemple effarant. Ces efforts sont à mettre en perspective avec le peu de ressources allouées aux victimes et à leurs familles qui se retrouvent bien seules lorsque l'impossible arrive, accentué par l'inacceptable lenteur des tribunaux.

        Il est paradoxal de constater la disproportion existante entre les sommes énormes consacrées à la sécurité pour tenter de prévenir des délits par rapport au peu de moyens de la prévention dans la santé ou dans le social. A l'inverse, dans ces domaines, ce sont des montants importants qui sont investis ensuite pour guérir et assister, alors qu'il existe encore si peu pour accompagner efficacement les victimes d'agression pour qu'elles sortent au plus vite de cette situation.

        C'est lorsque nous sommes victimes ou précarisés que nous vivons dans l'insécurité.

        Pour rétablir un authentique sentiment de sécurité  les Vert'libéraux veulent un rééquilibrage des moyens entre la prévention et l'action dans les domaines de la santé, du social et de la sécurité.

         

        Laurent Seydoux
        Candidat au Conseil National, liste 7

        http://ge.vertliberaux.ch

        15:58 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sentiment, sécurité, insécurité, seydoux, vert'libéraux | |  Facebook

        19/09/2011

        Vert'libéraux, parti de l'avenir !

        Les Vert'libéraux apparaissent de plus en plus clairement comme le parti politique de l'avenir, celui qui représente le 21ème siècle. On pourrait même parler de la 3ème génération de partis politiques.

        En effet, après les partis traditionnels, historiques, mais dont on voit la peine qu'ils ont à se renouveller, d'évoluer, bloqués qu'ils sont par la certitude de leurs valeurs (l'armée, la famille, l'Etat social à tous prix,...). Après les partis monothématiques (l'environnement, la sécurité, l'immigration,...) qui eux sont coincés dans le dogme de leurs convictions. Apparait tout naturellement les Vert'libéraux qui sont capable de réintéroger les valeurs, mais en les mettant en perspective avec la situation actuelle. De même que les Vert'libéraux sont pragmatiques sur les convictions.

        La philosophie des Vert'libéraux est de mettre leurs convictions au service des valeurs, mais en tenant compte de l'évolution de notre société.

        16:03 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : vert'libéraux, seydoux, politique | |  Facebook

        02/05/2011

        Les Cherpines, les 9 raisons de voter OUI

         

        cherpines-Image-1.png

         

        Le 15 mai, les citoyens genevois se prononceront sur le déclassement de la zone des Cherpines-Charrottons sur les Communes de Confignon et Plan-les-Ouates.

        Dans le cadre de cette votation importante, il est essentiel d'avoir une vision factuelle et pragmatique afin de se positionner en toute connaissance de cause.

         


        Les 9 raisons pour voter OUI le 15 mai

        1. Une très grande majorité de la Plaine de l'Aire est préservée, puisque moins de 15% est déclassé.

        2. La zone agricole genevoise n'est pas mise en péril, puisque il s'agit de 0,2 % sur les 45,4% de zone agricole.

        3. La sécurité alimentaire et son indépendance genevoise ne dépend pas des Cherpines-Charrottons.

        4. Le projet est dense puisque la population prévue correspond à la densité de la Ville de Genève.

        5. C'est un projet démocratique et participatif.

        6. C'est un projet d'écoquartier réfléchi et aux dimensions de la zone.

        7. Les infrastructures sportives, culturelles et de loisirs nécessaires aux associations et au vivre ensemble sont prévues dans le projet

        8. Les besoins en zones industrielles sont avérés et trouve une place idéale dans ce projet.

        9. C'est un futur quartier dont le type et le coût des logements seront réglementés et non pas livrés à la spéculation.


        Pour chacun des points un peu plus de détails:

        1. La Plaine de l'Aire:

        Le déclassement de 58 hectares des Cherpines-Charrottons, coincés entre une zone industrielle, une autoroute, une zone villas et l'Aire équivaut à 13% des 450 hectares de l'ensemble de la Plaine de l'Aire qui s'étend au delà de Genève. Un peu moins de la moitié de cette surface à déclasser est occupée par des agriculteurs, le reste par des habitations, des entreprises diverses comme des carosseries, un marbrier, un Garden-Center, etc.

        Les 400 hectares restants de la Plaine de l'Aire qui sont notamment en zone agricole spéciale, donc prévus pour du maraîchage, peuvent tout à fait accueillir les exploitants agricoles à déplacer. Ceux-ci auront même la possibilité de produire plus et mieux. En effet, cette zone est pour l'instant sous-utilisée, voire mal exploitée. Il n'y a qu'à constater les gazonnières qui y fleurissent...

         

        2. Les zones et leurs chiffres1:

        45,4% du territoire de

        Genève sont en zone agricole,
        24.8% en zone de lac, cours d'eau, de bois et forêts,
        22.6% en zone à bâtir du logement, (dont 50% en zone villas, 5ème zone)
        4.7% en zone industrielle, artisanale, aéroportuaire ou ferroviaire
        2,5% en zone de verdure, de délassement ou sportive.

        Les 58 hectares des Cherpines-Charrottons correspondent à 0.2% du territoire genevois pour plus de 6'000 habitants.

        1) http://www.ge.ch/statistique/tel/domaines/02/02_02/T_02_0...

         

        3. L'agriculture:

        Les maraîchers genevois sont favorables au déclassement pour éviter le mitage du territoire et défendre au mieux leur outil de travail et de production.

        50% des 20'000 tonnes produites par les maraîchers genevois sont exportés ailleurs en Suisse.

        40% de la nourriture disponible est gaspillé, soit mal stockés, soit jetés2 .

        Dire que la sécurité alimentaire de Genève dépend du non déclassement des Cherpines-Charrottons est FAUX !

        2)http://www.lemonde.fr/cgi-bin/ACHATS/acheter.cgi?offre=AR...

        http://www.plosone.org/article/info:doi%2F10.1371%2Fjourn...


        4. La densification de population2:

        Sur le projet des Cherpines, il est prévu 3'000 logements, soit près de 6'500 habitants sur 58 hectares, ce sont plus de 11'000 habitants au km2, soit autant que la Ville de Genève, la ville la plus dense de Suisse, 1,5 fois Carouge et 2 fois Onex.

        Il s'agit d'un vrai quartier de ville, mixte et dense.

        2) http://www.ge.ch/statistique/tel/domaines/02/02_02/T_02_0...

         

        5. La démarche démocratique et participative:

        Ce projet d'urbanisation des Cherpines est exemplaire dans sa méthode. Dès le début les communes de Confignon et de Plan-les-Ouates ont été impliquées dans le projet de déclassement. Un concours international à deux tours a eu lieu pour sélectionner le mandataire en charge du Plan Directeur de Quartier dont les autorités ont validé le cahier des charges3. Les autorités, des habitants et des experts étaient membres du jury. Un groupe de travail composé de près de 100 personnes a participé à l'élaboration des besoins sportifs, culturels et de loisirs pour cette région.

        3)http://etat.geneve.ch/dt/amenagement/cherpines_cahier_cha...

         

        6. Les dimensions du projet:

        Ce nouveau quartier se situe à proximité d'une zone industrielle de 9'000 travailleurs, de quartiers déjà urbanisés, d'écoles du post-obligatoire. Il incluera en plus de ses 6'600 habitants, 2'500 travailleurs. L'écoquartier des Cherpines sera un pôle pour plus de 20'000 personnes situées à proximité i mmédiate en mobilité douce (à pied ou à vélo). Les dimensions des infrastructures sont prévues à cet effet, notamment le centre commercial qui devra être d'une taille équivalente à Planète Charmilles.

         

        7. Les infrastructures sportives, culturelles et de loisirs:

        Aucun des grand projets d'urbanisation futurs ne tient compte des besoins grandissants en matière de sport, de culture et de loisirs de ses habitants. Les infrastructures, notamment de la Ville, sont insuffisantes et souvent obsolètes. Le vivre ensemble se passe dans des lieux d'échange et de partage. Les associations et clubs, éléments indispensables à la cohésion sociale, à l'intégration et à l'épanouissement personnel ont besoin d'infrastructures. Genève a malheureusement un retard considérable dans ce domaine. Il faut des logements, oui, mais complétés par des lieux de vie.

         

        8. La zone industrielle:

        Confignon est une commune qui s'urbanise rapidement, surtout en logements. La constatation de sa commune voisine Onex sur son manque de mixité, lié à la quasi absence d'activités économiques, encourage à proposer une zone industrielle et artisanale.

        Le développement de Praille-Acacias-Vernets nécessite une relocation des entreprises de cette zone pour y construire des logements, il est donc nécessaire de trouver d'autres emplacements pour permettre à nos entreprises locales de continuer à assurer la prospérité de notre canton.


        9. Les logements:

        Le déclassement se fait en zone de développement, cela signifie que les logements sont contrôlés par l'Etat et que les proportions de logements subventionnés, libres ou en PPE sont réglementées ainsi que leurs coûts. Le volonté des communes est de permettre aux genevois et à leurs communiers en particulier de trouver un logement à un coût abordable.


        11:57 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : cherpines, 15 mai, votations, plan-les-ouates | |  Facebook

        01/05/2011

        Les Cherpines, la réalité (8 & 9)...

        Le 15 mai, les citoyens genevois se prononceront sur le déclassement de la zone des Cherpines-Charrottons sur les Communes de Confignon et Plan-les-Ouates. Dans le cadre de cette votation importante, il est essentiel d'avoir une vision factuelle et pragmatique afin de se positionner en toute connaissance de cause.

        Chaque jour sur mon blog un focus sur un point particulier de ce projet d'urbanisation.

        1. La Plaine de l'Aire:

        Le déclassement de 58 hectares des Cherpines-Charrottons, coincés entre une zone industrielle, une autoroute, une zone villas et l'Aire équivaut à 13% des 450 hectares de l'ensemble de la Plaine de l'Aire qui s'étend au delà de Genève. Un peu moins de la moitié de cette surface à déclasser est occupée par des agriculteurs, le reste par des habitations, des entreprises diverses comme des carosseries, un marbrier, un Garden-Center, etc.

        Les 400 hectares restants de la Plaine de l'Aire qui sont notamment en zone agricole spéciale, donc prévus pour du maraîchage, peuvent tout à fait accueillir les exploitants agricoles à déplacer. Ceux-ci auront même la possibilité de produire plus et mieux. En effet, cette zone est pour l'instant sous-utilisée, voire mal exploitée. Il n'y a qu'à constater les gazonnières qui y fleurissent...

        Dire que toute la Plaine de l'Aire sera bétonnée est FAUX !

         

        2. Les zones et leurs chiffres1:

        45,4% du territoire de Genève sont en zone agricole,
        24.8% en zone de lac, cours d'eau, de bois et forêts,
        22.6% en zone à bâtir du logement, (dont 50% en zone villas, 5ème zone)
        4.7% en zone industrielle, artisanale, aéroportuaire ou ferroviaire
        2,5% en zone de verdure, de délassement ou sportive.

        Les 58 hectares des Cherpines-Charrottons correspondent à 0.2% du territoire genevois pour plus de 6'000 habitants.

        Dire que le déclassement des Cherpines met en péril la zone agricole est FAUX!

        1) http://www.ge.ch/statistique/tel/domaines/02/02_02/T_02_0...

         

        3. L'agriculture:

        Les maraîchers genevois sont favorables au déclassement pour éviter le mitage du territoire et défendre au mieux leur outil de travail et de production.

        50% des 20'000 tonnes produites par les maraîchers genevois sont exportés ailleurs en Suisse.

        40% de la nourriture disponible est gaspillé, soit mal stockés, soit jetés2 .

        Dire que la sécurité alimentaire de Genève dépend du non déclassement des Cherpines-Charrottons est FAUX !

        2)http://www.lemonde.fr/cgi-bin/ACHATS/acheter.cgi?offre=AR...

        http://www.plosone.org/article/info:doi%2F10.1371%2Fjourn...


        4. La densification de population2:

        Sur le projet des Cherpines, il est prévu 3'000 logements, soit près de 6'500 habitants sur 58 hectares, ce sont plus de 11'000 habitants au km2, soit autant que la Ville de Genève, la ville la plus dense de Suisse, 1,5 fois Carouge et 2 fois Onex.

        Il s'agit d'un vrai quartier de ville, mixte et dense.

        Dire que que la terre est gaspillée est FAUX !

        2) http://www.ge.ch/statistique/tel/domaines/02/02_02/T_02_0...

         

        5. La démarche démocratique et participative:

        Ce projet d'urbanisation des Cherpines est exemplaire dans sa méthode. Dès le début les communes de Confignon et de Plan-les-Ouates ont été impliquées dans le projet de déclasse ment. Un concours international à deux tours a eu lieu pour sélectionner le mandataire en charge du Plan Directeur de Quartier dont les autorités ont validé le cahier des charges3. Les autorités, des habitants et des experts étaient membres du jury. Un groupe de travail composé de près de 100 personnes a participé à l'élaboration des besoins sportifs, culturels et de loisirs pour cette région.

        Dire que ce projet démocratique et concerté est mauvais est FAUX !

        3)http://etat.geneve.ch/dt/amenagement/cherpines_cahier_cha...

         

        6. Les dimensions du projet:

        Ce nouveau quartier se situe à proximité d'une zone industrielle de 9'000 travailleurs, de quartiers déjà urbanisés, d'écoles du post-obligatoire. Il incluera en plus de ses 6'600 habitants, 2'500 travailleurs. Le quartier des Cherpines sera un pôle pour plus de 20'000 personnes situées à proximité immédiate en mobilité douce (à pied ou à vélo). Les dimensions des infrastructures sont prévues à cet effet, notamment le centre commercial qui devra être d'une taille équivalente à Planète Charmilles.

        Dire que ce projet réaliste et réfléchi est mégalo est FAUX !

         

        7. Les infrastructures sportives, culturelles et de loisirs:

        Aucun des grand projets d'urbanisation futurs ne tient compte des besoins grandissants en matière de sport, de culture et de loisirs de ses habitants. Les infrastructures, notamment de la Ville, sont insuffisantes et souvent obsolètes. Le vivre ensemble se passe dans des lieux d'échange et de partage. Les associations et clubs, éléments indispensables à la cohésion sociale, à l'intégration et à l'épanouissement personnel ont besoin d'infrastructures. Genève a malheureusement un retard considérable dans ce domaine. Il faut des logements, oui, mais complétés par des lieux de vie.

        Dire que Genève a besoin que de logements est FAUX !

         

        8. La zone industrielle:

        Confignon est une commune qui s'urbanise rapidement, surtout en logements. La constatation de sa commune voisine Onex sur son manque de mixité, lié à la quasi absence d'activités économiques, encourage à proposer une zone industrielle et artisanale.
        Le développement de Praille-Acacias-Vernets nécessite une relocation des entreprises de cette zone pour y construire des logements, il est donc nécessaire de trouver d'autres emplacements pour permettre à nos entreprises locales de continuer à assurer la prospérité de notre canton.

        Dire que Genève n'a plus besoin de zones industrielles est FAUX !

         

        9. Les logements:

        Le déclassement se fait en zone de développement, cela signifie que les logements sont contrôlés par l'Etat et que les proportions de logements subventionnés, libres ou en PPE sont réglementées ainsi que leurs coûts. Le volonté des communes est de permettre aux genevois et à leurs communiers en particulier de trouver un logement à un coût abordable.

        Dire que ce nouveau quartier sera livré à la spéculation immobilière est FAUX !

         

        12:02 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : cherpines, 15 mai, votations, plan-les-ouates | |  Facebook

        30/04/2011

        Les Cherpines, la réalité (6 & 7)...

        Le 15 mai, les citoyens genevois se prononceront sur le déclassement de la zone des Cherpines-Charrottons sur les Communes de Confignon et Plan-les-Ouates. Dans le cadre de cette votation importante, il est essentiel d'avoir une vision factuelle et pragmatique afin de se positionner en toute connaissance de cause.

        Chaque jour sur mon blog un focus sur un point particulier de ce projet d'urbanisation.

        1. La Plaine de l'Aire:

        Le déclassement de 58 hectares des Cherpines-Charrottons, coincés entre une zone industrielle, une autoroute, une zone villas et l'Aire équivaut à 13% des 450 hectares de l'ensemble de la Plaine de l'Aire qui s'étend au delà de Genève. Un peu moins de la moitié de cette surface à déclasser est occupée par des agriculteurs, le reste par des habitations, des entreprises diverses comme des carosseries, un marbrier, un Garden-Center, etc.

        Les 400 hectares restants de la Plaine de l'Aire qui sont notamment en zone agricole spéciale, donc prévus pour du maraîchage, peuvent tout à fait accueillir les exploitants agricoles à déplacer. Ceux-ci auront même la possibilité de produire plus et mieux. En effet, cette zone est pour l'instant sous-utilisée, voire mal exploitée. Il n'y a qu'à constater les gazonnières qui y fleurissent...

        Dire que toute la Plaine de l'Aire sera bétonnée est FAUX !

         

        2. Les zones et leurs chiffres1:

        45,4% du territoire de Genève sont en zone agricole,
        24.8% en zone de lac, cours d'eau, de bois et forêts,
        22.6% en zone à bâtir du logement, (dont 50% en zone villas, 5ème zone)
        4.7% en zone industrielle, artisanale, aéroportuaire ou ferroviaire
        2,5% en zone de verdure, de délassement ou sportive.

        Les 58 hectares des Cherpines-Charrottons correspondent à 0.2% du territoire genevois pour plus de 6'000 habitants.

        Dire que le déclassement des Cherpines met en péril la zone agricole est FAUX!

        1) http://www.ge.ch/statistique/tel/domaines/02/02_02/T_02_0...

         

        3. L'agriculture:

        Les maraîchers genevois sont favorables au déclassement pour éviter le mitage du territoire et défendre au mieux leur outil de travail et de production.

        50% des 20'000 tonnes produites par les maraîchers genevois sont exportés ailleurs en Suisse.

        40% de la nourriture disponible est gaspillé, soit mal stockés, soit jetés2 .

        Dire que la sécurité alimentaire de Genève dépend du non déclassement des Cherpines-Charrottons est FAUX !

        2)http://www.lemonde.fr/cgi-bin/ACHATS/acheter.cgi?offre=AR...

        http://www.plosone.org/article/info:doi%2F10.1371%2Fjourn...


        4. La densification de population2:

        Sur le projet des Cherpines, il est prévu 3'000 logements, soit près de 6'500 habitants sur 58 hectares, ce sont plus de 11'000 habitants au km2, soit autant que la Ville de Genève, la ville la plus dense de Suisse, 1,5 fois Carouge et 2 fois Onex.

        Il s'agit d'un vrai quartier de ville, mixte et dense.

        Dire que que la terre est gaspillée est FAUX !

        2) http://www.ge.ch/statistique/tel/domaines/02/02_02/T_02_0...

         

        5. La démarche démocratique et participative:

        Ce projet d'urbanisation des Cherpines est exemplaire dans sa méthode. Dès le début les communes de Confignon et de Plan-les-Ouates ont été impliquées dans le projet de déclasse ment. Un concours international à deux tours a eu lieu pour sélectionner le mandataire en charge du Plan Directeur de Quartier dont les autorités ont validé le cahier des charges3. Les autorités, des habitants et des experts étaient membres du jury. Un groupe de travail composé de près de 100 personnes a participé à l'élaboration des besoins sportifs, culturels et de loisirs pour cette région.

        Dire que ce projet démocratique et concerté est mauvais est FAUX !

        3)http://etat.geneve.ch/dt/amenagement/cherpines_cahier_cha...

         

        6. Les dimensions du projet:

        Ce nouveau quartier se situe à proximité d'une zone industrielle de 9'000 travailleurs, de quartiers déjà urbanisés, d'écoles du post-obligatoire. Il incluera en plus de ses 6'600 habitants, 2'500 travailleurs. Le quartier des Cherpines sera un pôle pour plus de 20'000 personnes situées à proximité immédiate en mobilité douce (à pied ou à vélo). Les dimensions des infrastructures sont prévues à cet effet, notamment le centre commercial qui devra être d'une taille équivalente à Planète Charmilles.

        Dire que ce projet réaliste et réfléchi est mégalo est FAUX !

         

        7. Les infrastructures sportives, culturelles et de loisirs:

        Aucun des grand projets d'urbanisation futurs ne tient compte des besoins grandissants en matière de sport, de culture et de loisirs de ses habitants. Les infrastructures, notamment de la Ville, sont insuffisantes et souvent obsolètes. Le vivre ensemble se passe dans des lieux d'échange et de partage. Les associations et clubs, éléments indispensables à la cohésion sociale, à l'intégration et à l'épanouissement personnel ont besoin d'infrastructures. Genève a malheureusement un retard considérable dans ce domaine. Il faut des logements, oui, mais complétés par des lieux de vie.

        Dire que Genève a besoin que de logements est FAUX !

        09:35 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : cherpines, 15 mai, votations, plan-les-ouates | |  Facebook

        29/04/2011

        Les Cherpines, la réalité(5)...

        Le 15 mai, les citoyens genevois se prononceront sur le déclassement de la zone des Cherpines-Charrottons sur les Communes de Confignon et Plan-les-Ouates. Dans le cadre de cette votation importante, il est essentiel d'avoir une vision factuelle et pragmatique afin de se positionner en toute connaissance de cause.

        Chaque jour sur mon blog un focus sur un point particulier de ce projet d'urbanisation.

        1. La Plaine de l'Aire:

        Le déclassement de 58 hectares des Cherpines-Charrottons, coincés entre une zone industrielle, une autoroute, une zone villas et l'Aire équivaut à 13% des 450 hectares de l'ensemble de la Plaine de l'Aire qui s'étend au delà de Genève. Un peu moins de la moitié de cette surface à déclasser est occupée par des agriculteurs, le reste par des habitations, des entreprises diverses comme des carosseries, un marbrier, un Garden-Center, etc.

        Les 400 hectares restants de la Plaine de l'Aire qui sont notamment en zone agricole spéciale, donc prévus pour du maraîchage, peuvent tout à fait accueillir les exploitants agricoles à déplacer. Ceux-ci auront même la possibilité de produire plus et mieux. En effet, cette zone est pour l'instant sous-utilisée, voire mal exploitée. Il n'y a qu'à constater les gazonnières qui y fleurissent...

        Dire que toute la Plaine de l'Aire sera bétonnée est FAUX !

         

        2. Les zones et leurs chiffres1:

        45,4% du territoire de Genève sont en zone agricole,
        24.8% en zone de lac, cours d'eau, de bois et forêts,
        22.6% en zone à bâtir du logement, (dont 50% en zone villas, 5ème zone)
        4.7% en zone industrielle, artisanale, aéroportuaire ou ferroviaire
        2,5% en zone de verdure, de délassement ou sportive.

        Les 58 hectares des Cherpines-Charrottons correspondent à 0.2% du territoire genevois pour plus de 6'000 habitants.

        Dire que le déclassement des Cherpines met en péril la zone agricole est FAUX!

        1) http://www.ge.ch/statistique/tel/domaines/02/02_02/T_02_0...

         

        3. L'agriculture:

        Les maraîchers genevois sont favorables au déclassement pour éviter le mitage du territoire et défendre au mieux leur outil de travail et de production.

        50% des 20'000 tonnes produites par les maraîchers genevois sont exportés ailleurs en Suisse.

        40% de la nourriture disponible est gaspillé, soit mal stockés, soit jetés2 .

        Dire que la sécurité alimentaire de Genève dépend du non déclassement des Cherpines-Charrottons est FAUX !

        2)http://www.lemonde.fr/cgi-bin/ACHATS/acheter.cgi?offre=AR...

        http://www.plosone.org/article/info:doi%2F10.1371%2Fjourn...


        4. La d ensification de population2:

        Sur le projet des Cherpines, il est prévu 3'000 logements, soit près de 6'500 habitants sur 58 hectares, ce sont plus de 11'000 habitants au km2, soit autant que la Ville de Genève, la ville la plus dense de Suisse, 1,5 fois Carouge et 2 fois Onex.

        Il s'agit d'un vrai quartier de ville, mixte et dense.

        Dire que que la terre est gaspillée est FAUX !

        2) http://www.ge.ch/statistique/tel/domaines/02/02_02/T_02_0...

         

        5. La démarche démocratique et participative:

        Ce projet d'urbanisation des Cherpines est exemplaire dans sa méthode. Dès le début les communes de Confignon et de Plan-les-Ouates ont été impliquées dans le projet de déclasse ment. Un concours international à deux tours a eu lieu pour sélectionner le mandataire en charge du Plan Directeur de Quartier dont les autorités ont validé le cahier des charges3. Les autorités, des habitants et des experts étaient membres du jury. Un groupe de travail composé de près de 100 personnes a participé à l'élaboration des besoins sportifs, culturels et de loisirs pour cette région.

        Dire que ce projet démocratique et concerté est mauvais est FAUX !

        3)http://etat.geneve.ch/dt/amenagement/cherpines_cahier_cha...

         

        10:05 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : cherpines, 15 mai, votations, plan-les-ouates | |  Facebook