26/04/2012

Un Plan Directeur Cantonal, pour quoi, pour qui?

Pour quoi ? Pour qui ? Car c'est bien de cela dont il s'agit.

  • Pour justifier le projet d'agglo, prétexte au retour du tram à Genève?
  • Pour loger 100'000 nouveaux arrivants?
  • Pour rattraper 30 ans d'immobilisme dans la construction de logements et d'infrastructures?

        Face à ces questions, les Vert'libéraux proposent les Assises de l'aménagement du Grand Genève pour parvenir à une proposition démocratique concertée au service des projets d'aménagement du territoire et du logement. Le développement de Genève ne se fera pas hors du débat démocratique.

        L'histoire de 30 ans d'immobilisme, de politique désorientée dans la construction de logements et d'infrastructures a fait ses preuves : une offre insuffisante, donc à des prix exorbitants lorsqu'il s'agit de se loger. Genève doit reprendre en mains les fondements de sa responsabilité sociale et en finir avec des constats qui poussent nos jeunes et les familles à quitter leur Canton. Retrouver une authentique dynamique de développement devra être notre priorité. Pour atteindre cet objectif, une réflexion sereine et objective en matière de priorités d'actions pour notre développement s'impose.

        Le contenu de ces assises se basera sur un état des lieux et des rencontres effectués au préalable sur les projets en cours. Les Communes, les associations suisses et françaises doivent absolument prendre part aux débats, faire part de leurs besoins et de leurs expériences. Les divergences feront ainsi l'objet de négociations entre tous les acteurs concernés afin qu'ils se positionnent en vue de projets durables et favorisant le logement.

        Tout cela prend du temps, mais il nous faut commencer par instaurer un vrai plan de marche, et ce, rapidement. Par mon esprit d'entrepreneur allié à mon expérience de l'aménagement du territoire et des démarches participatives, en tant que Conseiller d'Etat, je serais en capacité réelle et immédiate de mettre en oeuvre cette proposition.

         

        879555813.jpg

         

         

         

        16:50 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : assises, grand, genève, plan directeur, seydoux, conseil d'etat | |  Facebook

        28/09/2011

        Dans 4 ans, 22 candidat-e-s au Conseil des Etats?

        Telle est la réflexion qui me vient à l'esprit en sortant du débat public sur les élections nationales animé par la Tribune de Genève mardi soir. Il manquait en effet sur l'estrade, les voix  de l'UDC  (premier parti de Suisse), de l'extrême gauche et surtout des Vert'libéraux, parti que l'on pronostique connaître la plus grande progression électorale.

        La rédaction a décidé de n'inviter que les candidat-e-s aux Conseil des Etats, un choix comme un autre. Pourtant, si la Tribune ne change pas de stratégie, nous risquons de voir dans quatre ans chaque liste aux nationales, présenter un-e candidat-e aux Etats afin d'assurer sa place dans le débat politique de façon équitable. Pour cette année on se serait donc retrouvé avec 22 candidat-e-s pour le Conseil des Etats! Une situation connue dans le canton de Vaud où 13 candidat-e-s s'affrontent avec un probable deuxième tour et les coûts y afférant à la clé.

        Si les médias se plaisent à dénoncer la pléthore de listes ou de candidat-e-s alibis, ils parviennent néanmoins à l'encourager avec ce type de pratique "fermées". On en vit actuellement la dérive avec toutes ces listes alibis qui offrent à leurs déposants une pseudo meilleure visibilité. Une plus large couverture d'affichage qui se solde par une totale illisibilité. Et que dire de la même affiche principale qui utilise plusieurs numéros de liste et qui font peu de cas des listes jeunes ou étrangers

        Les Vert'libéraux respectueux d'un débat démocratique cohérent et sincère ont décidé de ne faire qu'une liste donnant la même chance aussi bien aux jeunes qu'aux Suissesde l'étranger. De même, nous ne présentons pas de candidat-e-s alibi-e-s au Conseil des Etats. En espérant que les médias ne contribuent pas la dérive des règles du jeu démocratique et respectent la qualité du débat public en restant équitables dans le choix des invité-e-s et l'exposé des idées.

        Laurent SEYDOUX
        Candidat Vert'libéral, liste 7, au Conseil National

         

         

        19:27 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : conseil national, état, seydoux, vert'libéraux, débat, tribune, genève | |  Facebook

        22/09/2011

        Et si nous parlions de sentiment de sécurité?

        Là où chacun y va de ses propositions sur le sentiment d'insécurité ou sur l'insécurité en général, les Vert'libéraux oeuvrent pour redonner à tout un chacun le sentiment de sécurité dont il a besoin.

        Deux cents "policiers-rambo" autour d'un stade pour assurer la sécurité lors d'un match de football ne me rassurent pas. Bien au contraire. J'ai l'impression de ne pas être au bon endroit pour participer à un évènement sportif. Une police capable de monter en puissance et s'adapter à la situation nous semble plus pertinent que l'exposition de toutes nos forces au préalable.

        Les Vert'libéraux affirment que le risque zéro n'existe pas. Et plus nous essayerons de tendre à cet objectif avec des sommes colossales, moins nous serons préparés à appréhender ces risques.

        Par exemple, sans être fataliste, il faut reconnaître une forte probabilité que chacun subisse un jour un cambriolage ou un brigandage et on le sait. Alors, mettre en place quelques mesures de protection c'est normal, mais que fait-on pour minimiser l'impact émotionnel d'une agression?

        Une amie vient de se faire cambrioler, mais au-delà de l'intrusion violente dans sa sphère intime qui va nécessiter du temps pour oublier, c'est la perte d'objets sentimentaux qui est le plus dur. Des bijoux de famille, des objets, leur histoire et aussi son ordinateur qui contenait beaucoup de sa vie personnelle. Sans parler des photos de moments de bonheurs.

        Tout cela a-t-il disparu à jamais? Si nous lui avions rappelé la nécessité de faire un inventaire de ses objets, de réaliser des sauvegardes de son ordinateur, si son assureur lui avait réévalué sa police, elle se serait alors sentie beaucoup plus rassurée car accompagnée et préparée à ce qui peut arriver. Les objets auraient pu être récupérés lorsque la police découvre des caches et ses données informatiques réintroduites dans un nouvel ordinateur atténuant ainsi l'impact émotionnel.

        Que dire des efforts considérables consacrés à une "sécurité-post 11 septembre 2001" pour faire croire à un risque zéro improbable. La paranoïa que nous vivons dans les aéroports est un exemple effarant. Ces efforts sont à mettre en perspective avec le peu de ressources allouées aux victimes et à leurs familles qui se retrouvent bien seules lorsque l'impossible arrive, accentué par l'inacceptable lenteur des tribunaux.

        Il est paradoxal de constater la disproportion existante entre les sommes énormes consacrées à la sécurité pour tenter de prévenir des délits par rapport au peu de moyens de la prévention dans la santé ou dans le social. A l'inverse, dans ces domaines, ce sont des montants importants qui sont investis ensuite pour guérir et assister, alors qu'il existe encore si peu pour accompagner efficacement les victimes d'agression pour qu'elles sortent au plus vite de cette situation.

        C'est lorsque nous sommes victimes ou précarisés que nous vivons dans l'insécurité.

        Pour rétablir un authentique sentiment de sécurité  les Vert'libéraux veulent un rééquilibrage des moyens entre la prévention et l'action dans les domaines de la santé, du social et de la sécurité.

         

        Laurent Seydoux
        Candidat au Conseil National, liste 7

        http://ge.vertliberaux.ch

        15:58 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sentiment, sécurité, insécurité, seydoux, vert'libéraux | |  Facebook

        19/09/2011

        Vert'libéraux, parti de l'avenir !

        Les Vert'libéraux apparaissent de plus en plus clairement comme le parti politique de l'avenir, celui qui représente le 21ème siècle. On pourrait même parler de la 3ème génération de partis politiques.

        En effet, après les partis traditionnels, historiques, mais dont on voit la peine qu'ils ont à se renouveller, d'évoluer, bloqués qu'ils sont par la certitude de leurs valeurs (l'armée, la famille, l'Etat social à tous prix,...). Après les partis monothématiques (l'environnement, la sécurité, l'immigration,...) qui eux sont coincés dans le dogme de leurs convictions. Apparait tout naturellement les Vert'libéraux qui sont capable de réintéroger les valeurs, mais en les mettant en perspective avec la situation actuelle. De même que les Vert'libéraux sont pragmatiques sur les convictions.

        La philosophie des Vert'libéraux est de mettre leurs convictions au service des valeurs, mais en tenant compte de l'évolution de notre société.

        16:03 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : vert'libéraux, seydoux, politique | |  Facebook

        11/03/2011

        Les Communes ont leur mot à dire

        A Genève, les Communes ont peu d’autonomie en matière d’aménagement de leur territoire. Nous devons tout mettre en œuvre afin de ne pas revivre le scénario traumatisant des cités-dortoirs que l’Etat a imposées et dont il a ensuite laissé aux Communes le soin de les gérer.

        Ces quartiers sans espace de rencontres ni d’échange n’ont jamais pu jouer leur rôle de ciment communautaire. Ce constat suggère la nécessité de mieux prendre en compte au préalable les volontés communales dans la réflexion du développement de la région.

        Lorsque les Communes de Plan-les-Ouates et Confignon ont appris que le secteur des Cherpines devenait une priorité du canton en tant que zone à urbaniser, les autorités communales ont décidé d’agir en devenant acteurs du projet d’aménagement de la Plaine de l’Aire.

        Leur objectif premier étant de créer de la qualité de vie dans un «futur quartier» en respectant les concepts de développement durable.

        Ce projet constitue un enjeu extrêmement important pour les 6000 futurs habitants qui pourront bénéficier de conditions de logement à des prix raisonnables dans 3000 logements, tous à loyers contrôlés par l’Etat.

        Pour les accueillir au mieux, le territoire doit prévoir les structures pour la formation, les services et bureaux, le commerce, la santé, le sport, la culture, les loisirs. Nous devons également tenir compte de la mobilité douce, qu’elle soit collective ou individuelle.

        Pour traiter une partie de ces questions, une démarche participative a été mise en place auprès d’habitants, d’associations et de clubs.

        Cette démarche a commencé il y a une année et demie, plus d’une centaine de personnes se sont investies pour partager leurs visions et présenter leurs projets. Au final, il ressort de cet état des lieux des propositions concrètes pour répondre aux besoins, concernant des aménagements durables dédiés à la culture, au sport et aux loisirs. Depuis lors certaines ont été redimensionnées. Il est apparu que les infrastructures de ce futur quartier devront tenir compte d’un bassin de plus de 20 000 personnes (habitants, riverains, étudiants, travailleurs) situées à proximité.

        Or, les uns, sans égards pour les besoins des citoyens et des associations de ce canton, souhaitent transformer ce projet urbanistique en une cité-dortoir. Les autres revendiquent une zone agricole intouchable, ce en pleine crise du logement.

        A ces conceptions dépassées j’entends défendre pour nos habitants et futurs habitants un projet innovant, raisonnable et de qualité pour les Cherpines et cela dans le respect des activités agricoles contractuelles ou traditionnelles qui peuvent prendre place juste à côté, dans une zone agricole spéciale, largement sous exploitée.

         

        16:32 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cherpines, communes, laurent, plan-les-ouates, seydoux, vert'libéraux | |  Facebook