19/09/2012

Quelle politique agricole pour la Suisse de 2014 à 2017?

BLW.pngCe mercredi 19 septembre, la politique agricole suisse 2014-2017 sera au centre des vives discussions du Conseil National. Un sujet d'importance pour les Vert'libéraux qui se sont investis dans cette thématique en commission avec ses Conseillers Nationaux. Ci-dessous, les positions qu'ils ont défendus:

Des paiements directs adaptés à l’évolution de l’agriculture suisse pour 2014-2017

Les Vert’libéraux sont en faveur du projet de politique agricole 2014-2017 présenté par le Conseil fédéral. Ce projet soutient plus fortement l’innovation dans l’agriculture et l’industrie agro-alimentaire, améliore la compétitivité et encourage les prestations agricoles pour aboutir à un système de paiements directs plus efficaces pour une agriculture pérenne tournée vers l’avenir.

Les Vert’libéraux ont défendus, comme la majorité de la commission, la prolongation du moratoire sur les organismes génétiquement modifiés (OGM) jusqu’en 2017.

Cependant contrairement au conseil fédéral et à la majorité de la commission:

les Vert’libéraux proposent que le principe d’attribution soit mieux ciblé  avec des objectifs clairs permettant dans les délais de soutenir une agriculture qui doit  remplir à la fois un rôle de production, mais aussi de préservation dans un contexte de biodiversité et de défense du paysages. (Art. 70 al 3 lettre f nouveau)

Les Vert’libéraux défendent une période de contribution de transition limité dans le temps de maximum 6 à 10 ans (art. 77)

Les Vert’libéraux souhaitent que les mesures de soutien ne s’adressent qu’aux activités de base de l’agriculture et n’entrent pas en concurrence avec l’artisanat et l’industrie (art. 2 al. 5 nouveau)

Les Vert’libéraux estiment que les surfaces qui sont en zones à bâtir suite à un déclassement ne doivent plus toucher de subventionnements qui représentent 45 millions de francs (art. 70a al.1 lettre. D)

Les Vert’libéraux estiment que la proportion de la contribution à la sécurité de l’approvisionnement et la contribution pour les paysages ruraux est  particulièrement élevée, sans que cela soit justifié, et proposent pour ces deux contributions de les fixer au maximum à 35% de l’enveloppe de 13,670 milliards. Les autres 65% allant au système de production, à la biodiversité et l’efficacité des ressources  (Arrêté fédéral sur les moyens financiers, art 1 al. 3 nouveau).

Les Vert’libéraux défendent l’idée, comme d’ailleurs les organisations environnementales, d’une souveraineté alimentaire incluant le contexte international et équitable et pas uniquement le contexte national pour des produits indigènes. En conséquence, les Vert’libéraux rejettent les initiatives concernant la souveraineté alimentaire qui s’appuie sur des concepts juridiques flous n’abordant pas la question dans son ensemble et qui risquent d’entrainer des abus notamment sur l’augmentation des têtes de bétail, provocant ainsi une forte augmentation de demande fourragères qui devront être importés.

Laurent SEYDOUX
Porte parole romand du parti Vert'libéral Suisse 

 

Références : http://www.parlament.ch/sites/doc/CuriaFolgeseite/2012/20120021/N1%20F.pdf
Conseillers nationaux Vert’libéraux dans la commission : K. Bertschy et T. Maier

 

08:03 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : agriculture, vert'libéraux, politique | |  Facebook

27/08/2012

L'essence à 5 francs en 2050, le choc des chiffres !!!

Et pourtant, Mme Widmer-Schlumpf ne prend pas beaucoup de risque d'annoncer l'essence à 5 francs en 2050, si ce n'est une prévision trop basse...

En effet, si l'augmentation de l'essence continue sa courbe d'augmentation depuis 1970, nous arrivons à 5 francs le litre en 2050. Mais si nous prenons la progression depuis 20 ans, cela sera 6.50 le litre!!

Source: http://www.bfs.admin.ch/bfs/portal/fr/index/...

 

Conclusion: Pour payer moins, gaspillons moins d'énergie fossile.

Il est aussi aberrant en terme de gaspillage d'énergie d'avoir des moteurs de voitures à essence que de chauffer des maisons à l'électricité.

Les moteurs à combustion sont surtout des chauffages à très faible rendement énergétique de déplacement (15-20%). le même litre de pétrole transformé en électricité par une centrale permet d'aller deux fois plus loin en véhicule électrique qu'avec une voiture conventionnelle.

L'électro-mobilité est une solution d'économie rapide du gaspillage d'énergie fossile.

Dessin_rendement_moteur themique.jpg

Dessin_rendement_moteur_elecrique.jpg

15:49 Publié dans Energie | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : electro mobilité, essence, énergie, vert'libéraux | |  Facebook

20/07/2012

Tirs obligatoires, une pratique du siècle passé

tir.jpgPlus d'arme à la maison et plus de tirs obligatoires, voilà les propositions de l'initiative parlementaire que les Vert'libéraux ont déposée.

L'arme n'a plus de raison de rester à la maison, en conséquence, les Vert'libéraux souhaitent que par principe l'arme reste à l'arsenal entre les cours de répétition. Sur demande seulement, le soldat pourrait garder son arme à la maison.

Les Vert'libéraux sont pour une meilleure qualité de vie incluant la diminution des nuissances sonores qu'engendrent ces tirs obligatoires et souhaitent que le financement par l'armée pour soutenir les stands de tirs soit affecté à d'autres priorités.

 

 

 

Texte de l'initiative

 

Conformément à l'article 160 alinéa 1 de la Constitution et l'article 107 de la loi sur le Parlement, nous déposons l'initiative parlementaire suivante:

La loi fédérale sur l'armée et l'administration militaire (loi sur l'armée, LAAM) doit être adaptée comme suit:

1. L'article 63, intitulé "Tir obligatoire hors du service", est abrogé.

2. Un nouvel article est introduit, qui oblige l'armée à collecter les armes personnelles des militaires à la fin d'une période de service ou d'un cours de répétition pour les stocker à l'arsenal, et à les remettre au début du service ou du cours suivant. S'il en fait la demande auprès du commandant de service, le militaire peut conserver son arme personnelle chez soi.

Développement

Le tir obligatoire hors du service n'est plus adapté à notre temps ni aux besoins de l'armée. A l'époque de l'institution du tir obligatoire, les militaires devaient se rendre sur leur lieu de mobilisation avec l'arme personnelle chargée et le nombre d'années de service était plus élevé qu'aujourd'hui. De nos jours, la troupe et les sous-officiers accomplissent chaque année un cours de répétition et sont en général licenciés à l'âge de 30 ans; de plus, ils ne reçoivent plus de munition de poche lors du licenciement. Enfin, l'utilité du tir obligatoire en termes de formation est réduite par rapport aux coûts en termes d'argent et de temps.

Le tir obligatoire hors du service est par conséquent devenu une forme indirecte de subventionnement des sociétés de tir, ce qui ne saurait être la tâche de l'armée. Comme les sociétés de tir - à l'instar de toutes les organisations - accusent un recul du nombre de leurs membres, il s'impose de toute manière de réduire le nombre des installations de tir et de les regrouper. Cela permettra de mettre en oeuvre également des mesures de réduction du bruit.

Suite à la suppression du tir obligatoire hors du service, les militaires auront moins de raisons de ramener leur arme personnelle chez eux à la fin d'une période de service ou d'un cours de répétition. Les adaptations proposées par la présente initiative feront du stockage des armes personnelles à l'arsenal la norme, ce qui se traduira par une sécurité publique accrue. Comme l'arme peut cependant être conservée au domicile sur demande, les libertés des tireurs chevronnés ne seront pas restreintes.

09:06 | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : tir, obligatoire, vert'libéraux, armée | |  Facebook

16/05/2012

Ecologie au PLR, paroles, paroles...

Tas papier.jpgLe candidat PLR vient d'écrire un blog ventant sa position sur l'écologie, bien, mais ne serait-il pas mieux de montrer l'exemple?

Le candidat PLR est présent sur 8 listes pour les élections au Conseil d'Etat du 17 juin, dont une est Ecologie(sic!) et terroir.

Cela fait donc au moins 1'600'000 (oui! un million six cent mille) bulletins imprimés qui passerons à la poubelle. Gaspillage, gaspillage...

Les Vert'libéraux sont pour une vrai lutte responsable contre le gaspillage.

 

15:12 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : ecologie, vert'libéraux, laurent seydoux | |  Facebook

28/09/2011

Dans 4 ans, 22 candidat-e-s au Conseil des Etats?

Telle est la réflexion qui me vient à l'esprit en sortant du débat public sur les élections nationales animé par la Tribune de Genève mardi soir. Il manquait en effet sur l'estrade, les voix  de l'UDC  (premier parti de Suisse), de l'extrême gauche et surtout des Vert'libéraux, parti que l'on pronostique connaître la plus grande progression électorale.

La rédaction a décidé de n'inviter que les candidat-e-s aux Conseil des Etats, un choix comme un autre. Pourtant, si la Tribune ne change pas de stratégie, nous risquons de voir dans quatre ans chaque liste aux nationales, présenter un-e candidat-e aux Etats afin d'assurer sa place dans le débat politique de façon équitable. Pour cette année on se serait donc retrouvé avec 22 candidat-e-s pour le Conseil des Etats! Une situation connue dans le canton de Vaud où 13 candidat-e-s s'affrontent avec un probable deuxième tour et les coûts y afférant à la clé.

Si les médias se plaisent à dénoncer la pléthore de listes ou de candidat-e-s alibis, ils parviennent néanmoins à l'encourager avec ce type de pratique "fermées". On en vit actuellement la dérive avec toutes ces listes alibis qui offrent à leurs déposants une pseudo meilleure visibilité. Une plus large couverture d'affichage qui se solde par une totale illisibilité. Et que dire de la même affiche principale qui utilise plusieurs numéros de liste et qui font peu de cas des listes jeunes ou étrangers

Les Vert'libéraux respectueux d'un débat démocratique cohérent et sincère ont décidé de ne faire qu'une liste donnant la même chance aussi bien aux jeunes qu'aux Suissesde l'étranger. De même, nous ne présentons pas de candidat-e-s alibi-e-s au Conseil des Etats. En espérant que les médias ne contribuent pas la dérive des règles du jeu démocratique et respectent la qualité du débat public en restant équitables dans le choix des invité-e-s et l'exposé des idées.

Laurent SEYDOUX
Candidat Vert'libéral, liste 7, au Conseil National

 

 

19:27 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : conseil national, état, seydoux, vert'libéraux, débat, tribune, genève | |  Facebook

22/09/2011

Et si nous parlions de sentiment de sécurité?

Là où chacun y va de ses propositions sur le sentiment d'insécurité ou sur l'insécurité en général, les Vert'libéraux oeuvrent pour redonner à tout un chacun le sentiment de sécurité dont il a besoin.

Deux cents "policiers-rambo" autour d'un stade pour assurer la sécurité lors d'un match de football ne me rassurent pas. Bien au contraire. J'ai l'impression de ne pas être au bon endroit pour participer à un évènement sportif. Une police capable de monter en puissance et s'adapter à la situation nous semble plus pertinent que l'exposition de toutes nos forces au préalable.

Les Vert'libéraux affirment que le risque zéro n'existe pas. Et plus nous essayerons de tendre à cet objectif avec des sommes colossales, moins nous serons préparés à appréhender ces risques.

Par exemple, sans être fataliste, il faut reconnaître une forte probabilité que chacun subisse un jour un cambriolage ou un brigandage et on le sait. Alors, mettre en place quelques mesures de protection c'est normal, mais que fait-on pour minimiser l'impact émotionnel d'une agression?

Une amie vient de se faire cambrioler, mais au-delà de l'intrusion violente dans sa sphère intime qui va nécessiter du temps pour oublier, c'est la perte d'objets sentimentaux qui est le plus dur. Des bijoux de famille, des objets, leur histoire et aussi son ordinateur qui contenait beaucoup de sa vie personnelle. Sans parler des photos de moments de bonheurs.

Tout cela a-t-il disparu à jamais? Si nous lui avions rappelé la nécessité de faire un inventaire de ses objets, de réaliser des sauvegardes de son ordinateur, si son assureur lui avait réévalué sa police, elle se serait alors sentie beaucoup plus rassurée car accompagnée et préparée à ce qui peut arriver. Les objets auraient pu être récupérés lorsque la police découvre des caches et ses données informatiques réintroduites dans un nouvel ordinateur atténuant ainsi l'impact émotionnel.

Que dire des efforts considérables consacrés à une "sécurité-post 11 septembre 2001" pour faire croire à un risque zéro improbable. La paranoïa que nous vivons dans les aéroports est un exemple effarant. Ces efforts sont à mettre en perspective avec le peu de ressources allouées aux victimes et à leurs familles qui se retrouvent bien seules lorsque l'impossible arrive, accentué par l'inacceptable lenteur des tribunaux.

Il est paradoxal de constater la disproportion existante entre les sommes énormes consacrées à la sécurité pour tenter de prévenir des délits par rapport au peu de moyens de la prévention dans la santé ou dans le social. A l'inverse, dans ces domaines, ce sont des montants importants qui sont investis ensuite pour guérir et assister, alors qu'il existe encore si peu pour accompagner efficacement les victimes d'agression pour qu'elles sortent au plus vite de cette situation.

C'est lorsque nous sommes victimes ou précarisés que nous vivons dans l'insécurité.

Pour rétablir un authentique sentiment de sécurité  les Vert'libéraux veulent un rééquilibrage des moyens entre la prévention et l'action dans les domaines de la santé, du social et de la sécurité.

 

Laurent Seydoux
Candidat au Conseil National, liste 7

http://ge.vertliberaux.ch

15:58 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sentiment, sécurité, insécurité, seydoux, vert'libéraux | |  Facebook

19/09/2011

Vert'libéraux, parti de l'avenir !

Les Vert'libéraux apparaissent de plus en plus clairement comme le parti politique de l'avenir, celui qui représente le 21ème siècle. On pourrait même parler de la 3ème génération de partis politiques.

En effet, après les partis traditionnels, historiques, mais dont on voit la peine qu'ils ont à se renouveller, d'évoluer, bloqués qu'ils sont par la certitude de leurs valeurs (l'armée, la famille, l'Etat social à tous prix,...). Après les partis monothématiques (l'environnement, la sécurité, l'immigration,...) qui eux sont coincés dans le dogme de leurs convictions. Apparait tout naturellement les Vert'libéraux qui sont capable de réintéroger les valeurs, mais en les mettant en perspective avec la situation actuelle. De même que les Vert'libéraux sont pragmatiques sur les convictions.

La philosophie des Vert'libéraux est de mettre leurs convictions au service des valeurs, mais en tenant compte de l'évolution de notre société.

16:03 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : vert'libéraux, seydoux, politique | |  Facebook

11/03/2011

Les Communes ont leur mot à dire

A Genève, les Communes ont peu d’autonomie en matière d’aménagement de leur territoire. Nous devons tout mettre en œuvre afin de ne pas revivre le scénario traumatisant des cités-dortoirs que l’Etat a imposées et dont il a ensuite laissé aux Communes le soin de les gérer.

Ces quartiers sans espace de rencontres ni d’échange n’ont jamais pu jouer leur rôle de ciment communautaire. Ce constat suggère la nécessité de mieux prendre en compte au préalable les volontés communales dans la réflexion du développement de la région.

Lorsque les Communes de Plan-les-Ouates et Confignon ont appris que le secteur des Cherpines devenait une priorité du canton en tant que zone à urbaniser, les autorités communales ont décidé d’agir en devenant acteurs du projet d’aménagement de la Plaine de l’Aire.

Leur objectif premier étant de créer de la qualité de vie dans un «futur quartier» en respectant les concepts de développement durable.

Ce projet constitue un enjeu extrêmement important pour les 6000 futurs habitants qui pourront bénéficier de conditions de logement à des prix raisonnables dans 3000 logements, tous à loyers contrôlés par l’Etat.

Pour les accueillir au mieux, le territoire doit prévoir les structures pour la formation, les services et bureaux, le commerce, la santé, le sport, la culture, les loisirs. Nous devons également tenir compte de la mobilité douce, qu’elle soit collective ou individuelle.

Pour traiter une partie de ces questions, une démarche participative a été mise en place auprès d’habitants, d’associations et de clubs.

Cette démarche a commencé il y a une année et demie, plus d’une centaine de personnes se sont investies pour partager leurs visions et présenter leurs projets. Au final, il ressort de cet état des lieux des propositions concrètes pour répondre aux besoins, concernant des aménagements durables dédiés à la culture, au sport et aux loisirs. Depuis lors certaines ont été redimensionnées. Il est apparu que les infrastructures de ce futur quartier devront tenir compte d’un bassin de plus de 20 000 personnes (habitants, riverains, étudiants, travailleurs) situées à proximité.

Or, les uns, sans égards pour les besoins des citoyens et des associations de ce canton, souhaitent transformer ce projet urbanistique en une cité-dortoir. Les autres revendiquent une zone agricole intouchable, ce en pleine crise du logement.

A ces conceptions dépassées j’entends défendre pour nos habitants et futurs habitants un projet innovant, raisonnable et de qualité pour les Cherpines et cela dans le respect des activités agricoles contractuelles ou traditionnelles qui peuvent prendre place juste à côté, dans une zone agricole spéciale, largement sous exploitée.

 

16:32 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cherpines, communes, laurent, plan-les-ouates, seydoux, vert'libéraux | |  Facebook